Adieu au Préambule

Malgré les efforts de tous, la librairie de Bayeux, Le Préambule, va hélas fermer ses portes. Valérie et moi souhaitons chance et bonheur à Patricia, Maryline et Charles pour leurs vies prochaines.

En octobre, c’est deux jeunes qui tenteront l’aventure folle de faire et aimer et de vendre des livres dans les mêmes murs. Bonne chance à eux aussi !

Tueries de masse

Une de mes sœurs vit à Munich, tout près du centre commercial où a eu lieu l’affreux massacre d’hier. Passé l’émotion la plus égoïste (ouf, elle et sa famille vont très bien), on s’interroge. Cet acte ressemble à tous les actes terroristes, mais semble finalement n’avoir aucun lien avec Daesh. Ce ne serait “que” le geste d’un fou. Cela rejoint les questions qu’on peut se poser sur le meurtrier de Nice. Terrorisme réel, ou juste terrible imitation de la violence du moment par un psychopathe ?

Il va falloir s’avouer qu’il y a quelque chose de pourri au sein de notre civilisation, dont Daesh sait hélas bien profiter. Michael Moore dans Bowling for Columbine émet l’hypothèse que les tueries de masse aux USA sont bien plus dues au business de la peur cher aux médias américains qu’au fait que les armes soient en vente libre. Nos médias français, et sans doute européens, ont glissé à leur tour vers cette même systématisation du spectacle de la peur, via les chaînes d’info et les reportages putassiers, bien aidés par les politiques en mal d’idées. Nos cinglés se mettent donc aux suicides spectaculaires et aux tueries de masse à l’américaine…

On peut même craindre qu’à chaque attentat ou tuerie, les médias et les réseaux sociaux ne relancent la machine de la peur, nourrissant donc les tueries de demain. Comment va-t-on sortir de ce cercle vicieux ?

Manifestation inter-syndicale interdite ?

ILS ONT OSÉ. Le gouvernement interdit donc une manifestation inter-syndicale. Et ce parce qu’il est, au mieux, incapable de faire correctement son travail de police contre les casseurs, et au pire complice d’avoir laissé pourrir la situation. ILS ONT OSÉ. Après l’état d’urgence permanent, c’est l’état policier permanent qui se dessine. Nous sommes donc parfaitement en droit de traiter notre président, son premier ministre et le ministre de l’intérieur des jolis noms de “sociaux-traitres”, “antidémocrates” et “graines de fachos”. ILS ONT OSÉ. Si le parlement se rend complice de ces actes, il faudra aussi que nous prenions cela en considération aux prochaines élections. Messieurs les députés, il est temps de censurer ce gouvernement aussi incapable que dangereux. ILS ONT OSÉ. Alors ça va être à nous tous de défendre la démocratie menacée.

Et ne me dites pas que je suis un gauchiste écervelé ou un fauteur de trouble. Si vous pensez cela en me lisant c’est que le délire sécuritaire vendu par trop de médias depuis trop d’années vous a fait oublier ce qu’est la démocratie.

[EDIT] La manifestation est finalement autorisée après une matinée de dupes. Je maintiens chaque mot de ce texte. Car ILS ONT OSÉ, mais apparemment sans savoir ce qu’ils allaient déclencher. Mais quelle absolue incompétence politique !

Quand l’ogre mange tout le camembert

Ce statut risque de surprendre mes lecteurs BD…

Les amoureux du vrai camembert peuvent être catastrophés. Le groupe Lactalis vient de racheter Graindorge, et donc l’excellente fromagerie de St-Loup de Fribois qui fabrique, entre autres, pour Levasseur, Domaine du Plessis, Graindorge… Rappelons que Lactalis est le groupe qui a transformé les fleurons AOP qu’étaient Lepetit et Lanquetot en camemberts industriels sans goût (et Jort, Carel, Orbec et compagnie ne s’en tirent pas tellement mieux sous sa tutelle). Allié à la coopérative industrielle Isigny, Lactalis avait même essayé de mettre fin à l’obligation d’utiliser du lait cru pour l’AOP camembert de Normandie.

Bref, on peut craindre le pire pour les camemberts de St Loup de Fribois. Restent donc Reaux (Lessay), Gillot (Saint-Hilaire-de-Briouze), Pré Saint-Jean (Gavray) et Durand (Camembert) si on veut échapper à l’ogre…

 

Bricolage de l’information

Deux journalistes de I-dio-tv sommés de s'expliquer sur une information mensongère qu'ils viennent de passer en direct prétendant que les forces de l'ordre sont intervenus en réaction à des violences ce matin lors de l'évacuation des réfugiés du lycée Jean Jaurès, reconnaissent finalement "une maladresse"…

CINEMETEQUE 发布于 2016年5月4日

« Il y a une méprise de notre part ». Des journalistes d’iTélé pris en plein bricolage de l’information lors de l’évacuation forcée des migrants réfugiés dans le lycée désaffecté Jean Jaurès. Cette petite séquence rend concrète ce sentiment que nous avons tous que les médias dénoncent les violences que subit la police, mais quasi jamais celles que subit la population, malgré les nombreuses vidéos disponibles sur Internet.

On ne dira jamais assez la catastrophe qu’a été l’apparition des chaines d’information continue gratuites BFM et iTélé. Primeur au direct improvisé et vide de sens, illusion d’être informé alors que seul le recul permet de comprendre les choses, recherche du buzz et peur de le louper, transformation de tout en un spectacle destiné à boucher l’espace entre les pages de pub… Pire, elles ont imposé leur rythme à des hommes politique qui confondent maintenant gouverner et passer à l’antenne.

Un ami très énervé disait il n’y a pas longtemps « il va y en avoir des journalistes à tondre à la libération ». Mais ce n’est pas une compromission tant réfléchie que ça, c’est l’appât du gain de certains et surtout la précarisation de la grande majorité qui détruit les médias. D’où découle cette explosion de bêtise, approximation et/ou veulerie. Il n’est plus que temps de s’inquiéter de l’effondrement continue du quatrième pouvoir, celui qui dans une démocratie est censé surveiller les trois autres (législatif, exécutif et judiciaire). Mais je crains qu’il ne soit déjà trop tard : toute cette bêtise va probablement nous exploser à la gueule en 2017.


[EDIT] En parallèle, l’observatoire des médias Acrimed, qui n’a jamais été tendre avec les journalistes, se retrouve à devoir dénoncer les violences policières contre les journalistes. C’est aujourd’hui, c’est en France.

Les intelligences artificielles nous ressemblerons pour le pire et le meilleur

Qui a pu penser une seconde qu’une intelligence artificielle deviendrait un être éthique en discutant avec le tout venant de l’humanité sur Twitter ? Les IA ne seront, dans un premier temps, que ce que nous leur apprendrons à être. Si c’est des connards qui les éduquent, elles deviendront des connards puissance 1000. Si des IA devaient nous massacrer un jour, comme dans Matrix ou Terminator, ce serait que nous aurions été de bien mauvais parents. Bref, si nous ne nous sentons pas capable d’évoluer vers plus de raison et d’empathie en tant qu’espèce, nous ferions bien de nous abstenir de créer ces créatures bien plus puissantes que nous. En tout cas, de les éduquer à notre image.

 

Tay, une IA lancée par Microsoft sur Twitter puis retirée pour aliénation mentale

Microsoft avait lancé hier un bot de conversation sur Twitter. Nommée Tay, cette petite intelligence artificielle devait apprendre rapidement des discussions et devenir capable de réagir. Malheureusement, les internautes lui ont surtout appris à lui dire des horreurs, provoquant son rappel en laboratoire.

Il s’agissait à la base d’une expérience amusante. Tay était taillée en effet pour apprendre très rapidement des habitudes et des éléments de langages qu’elle repérait dans les conversations […]Lire la suite surwww.nextinpact.com

Non à l’état d’urgence permanent

J’ai signé la pétition lancée par le bâtonnier de Paris contre l’état d’urgence permanent. Ses propos étaient très clairs dans la presse il y a quelques jours : « Tous les spécialistes le disent : l’arsenal juridique existait au moment des attentats, c’est juste que l’État n’a pas les moyens de l’utiliser. Une loi de plus ne changera rien. En revanche, en l’état actuel du texte, la France peut basculer dans la dictature en une semaine. Ce n’est pas acceptable. »

Quotient intellectuel

Je vois tous les jours sur Facebook des gens qui postent de petits exercices sortis tout droit de tests de QI, genre “trouve le dernier chiffre” ou “déplace une seule allumette”, et plein de gens qui y répondent en commentaire.

Il serait bien que ces derniers se rendent compte que ça revient à la longue à publier un test de QI complet sur Internet. Et qu’il vaudrait donc mieux être sûr que leurs résultats ne les dévalorisent pas. Au delà de l’opinion que leurs “amis” se font d’eux par ce biais, il faudrait surtout qu’ils réalisent que les petits robots qui parcourent le web sont en train de ramasser les copies de ces tests. Des résultats qui vont atterrir chez les recruteurs de tous bords, les services commerciaux, les exploiteurs et les escrocs.

Bref, sur les réseaux sociaux, même ce qui paraît le plus léger pourra et sera utilisé un jour contre vous.

Plus de ​50% des policiers et militaires vote FN en 2015

J’aurais hurlé au cliché stupide si on m’avait dit que les forces de l’ordre votaient à plus de 50% pour le FN il y a quelques années. Et maintenant c’est devenu une réalité. J’espère que les 49% restant veillent sur les actes de leurs camarades. Et dire que c’est à ces mêmes forces de l’ordre que le PS et ses alliés de circonstance sont en train de donner de plus en plus de pouvoir, via l’état d’urgence et sa prochaine prolongation législative & constitutionnelle. Le cauchemar éveillé.

Plus de ​50% des policiers et militaires ont voté FN en 2015.

Les policiers et les militaires votent de plus en plus FN. C’est ce que révèle une étude du CEVIPOF, le Centre de recherches politiques de Sciences Po, qui relève que 51,5% d’entre eux ont déposé un bulletin Front national dans l’urne en 2015, contre 30% en 2012. «L’implantation du Front national (FN) au sein des trois fonctions publiques [de l’Etat, territoriale, hospitalière] s’est confirmée de manière impressionnante lors du premier tour des élections régionales de 2015», détaille l’étude, qui explique que le Front national est devenu « l’un des trois partis préférés des fonctionnaires », un milieu qui lui était traditionnellement hostile.

L’explication de cette conversion des fonctionnaires au vote FN, débutée lors du premier tour de l’élection présidentielle de 2012 et qui s’est accélérée ces trois dernières années ? L’auteur de l’étude, Luc Rouban, évoque l’« évolution de l’offre politique du FN qui défend désormais les services publics », une défiance vis à vis de « la gauche dont les fonctionnaires attendaient beaucoup après 2012», et un «décalage entre les discours sur la République et la laïcité et les pratiques du terrain ».