Angoulême 2024

Comme tous les ans depuis la fin des année 80, je serai présent au Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême.

Alors que je pensais y aller cette année un peu en dilettante, j’ai finalement un planning bien rempli du mercredi au dimanche. J’avais sans doute un peu vite oublié qu’en parallèle du festival public se tient un sérieux salon professionnel où éditeurs, auteurs, libraires, journalistes etc. se rencontrent pour préparer, entre autres choses, toute une année de parutions.

Heureusement, le public aura tout de même deux occasions de me rencontrer, une pour Goldorak et une au sujet des auteurs. Si vous ne pouvez vous y rendre, n’hésitez pas à m’aborder dans la rue. Si je ne suis pas attendu en urgence quelque part, je prendrai volontiers le temps de discuter avec vous !

JEUDI 26 JANVIER

► Être artiste-auteur en Europe… vers un statut européen de l’artiste ?
Cette table ronde est d’actualité vu l’ampleur prise par la campagne pour un statut européen de l’artiste-auteur portée par la Ligue des auteurs professionnels et la Charte des Auteurs et Illustrateurs Jeunesse.

▢ DE 16h30 À 17h30
▢ ESPACE NOUVELLE CRÉATION > ESPACE CONFÉRENCES
Le Nil / Cnam-Enjmin / 138, rue de Bordeaux

SAMEDI 28 JANVIER

► Dédicace Goldorak
Pour ceux qui n’auraient pas encore pu nous rencontrer, une partie de l’équipe de Goldorak ressort les tampons à dédicace à l’occasion du festival. Avec le scénariste Xavier Dorison, le coloriste Yoann Guillo et, pour les dessinateurs, Denis Bajram.

▢ DE 14h30 À 16h
▢ MONDE DES BULLES > STAND KANA CLASSICS
Champ de mars

L’Atelier virtuel fait son émission

Depuis de longues années Valérie et moi nous partageons un Atelier virtuel avec une vingtaine de collègues. Grace au logiciel Discord, nous nous retrouvons en ligne pour papoter pendant nos longues journées de dessin, mais aussi pour partager notre travail sur écran ou via webcam. Le tout est assaisonné de blagues idiotes mais aussi de discussions très sérieuses sur nos métiers et nos pratiques artistiques.

Nous avons réalisé qu’il pourrait être intéressant de montrer au grand public ce qui reste caché d’habitude derrière les murs virtuels de notre atelier que ce soit quand nous écrivons, dessinons ou colorisons. Nous avons donc ouvert une chaîne Twitch, pour vous permettre d‘assister en direct à des moments de création.

Mais notre chaîne va accueillir bien d’autres choses. En particulier, nous avons décidé de partager avec vous une partie de nos discussions professionnelles. En effet, à l’Atelier, nous avons un point de vue sur la Bande Dessinée et la création parfois bien différent de ce qu’on peut entendre habituellement. Sans penser détenir la vérité, nous espérons ainsi nourrir le débat d’idées.


Discussions & débats

Les autres vidéos :
https://www.ateliervirtuel.fr/videos/discussions/


Rencontres dessinées

Les autres vidéos :
https://www.ateliervirtuel.fr/videos/rencontres-dessinees/


 

Goldorak à Reims

Fans de Goldorak, avec Alexis Sentenac, Brice Cossu, Yoann Guillo, nous serons au salon Game’in Reims le 18 et 19 novembre 2023. Deux ans après la parution de la BD aux éditions Kana, nous avons réussi à rassembler sa team graphique au grand complet, c’est une occasion à ne surtout pas manquer !

 

Toutes les informations ici :

Tendres tendons

La semaine dernière, je suis allé aux Utopiales Nantes avec une grosse attelle à la main de travail. Apparemment, l’info a circulé, puisque certains me demandent des nouvelles de ma santé en message privé.

Je fais donc un petit point rapide. En début de semaine dernière, en soulevant un objet très lourd dans l’atelier, j’ai ressenti une très vive douleur dans les doigts de la main droite ainsi que dans tout l’avant-bras. Aux urgences, on m’a diagnostiqué un problème de tendons et j’ai donc eu droit à une immobilisation quasi-totale de la main pendant les cinq jours passés aux Utopiales. Une fois rentré, le médecin m’a confirmé que c’était une bonne élongation. J’ai donc repris le chemin de l’attelle.

Normalement, je serai apte au service en fin de semaine prochaine. D’ici là, je bricole comme je peux sur l’ordinateur. Heureusement, j’ai le soutien de Valérie et des copains de l’Atelier virtuel. Donc, amis lecteurs, pas d’inquiétude, je reprendrai bientôt le travail sur Universal War 😊

Utopiales 2023

Tous les ans, c’est un véritable bonheur d’aller aux Utopiales de Nantes. Au-delà d’être la référence incontournable des festivals de science-fiction, nous y voyons surtout un lieu où règne l’intelligence, la raison, mais aussi la folie, la folie de croire que les lendemains peuvent toujours chanter. Et puis, Valérie et moi y retrouvons de très nombreux amis et amies, et nous nous en faisons chaque fois de nouveaux.

Le programme est un peu plus calme cette année pour nous, sans exposition ou autres grands enjeux. C’est chouette, on aura du temps à consacrer à tout le monde. Si vous venez dans ce merveilleux endroit, nous pourrons donc prendre le temps de bavarder. Alors n’hésitez pas à nous arrêter si vous nous croisez !

MES tables rondes

► L’héritage de la science-fiction

La grande anthologie de science-fiction dirigée par Gérard Klein donnait à voir un panorama à la fois historique et thématique de ce qui se faisait et s’était fait en science-fiction. Mais comment choisir les textes importants, historiques, ou encore simplement lisibles aujourd’hui ? Quels conseils aux jeunes lecteur·rice·s en 2023 ?

Avec Richard Canal, Stéphanie Chaptal, Sylvie Denis, modération Denis Bajram

Vendredi 3 novembre de 11h45 à 12h45
Lieu Unique, Atelier 1

► Transmission par les images

La science-fiction se nourrit des sciences mais les images qu’elle crée en retour sont souvent dotées d’une esthétique et d’une charge émotionnelle importante. Cette abondante production d’images a notamment accompagné, voire aidé, l’aventure spatiale. Comment sont conçues les images de science ? Au-delà de leur esthétique, quel est l’intérêt des images de fiction ? Que nous racontent-elles sur notre univers et nos rapports avec lui ?

Avec Lalex Andréa, Denis Bajram, Héloïse Chochois, Elsa Ducrot, moderation Bénédicte Leclercq

Vendredi 3 novembre de 16h15 à 17h15
Espace CIC Ouest

► Paradigmes, novums et révolutions scientifiques

Comment la science passe-t-elle d’une compréhension du monde à une autre ? Son histoire est-elle une suite de coups de génie ou une génération doit-elle succéder à une autre pour qu’une idée nouvelle fasse son nid ? Peut-être les spécialistes des idées dérangeantes et des novums que sont les auteur·rice·s de SF le savent-ils·elles mieux que personne…

Avec Denis Bajram, Estelle Blanquet, Éric Picholle, modération Xavier Mauméjean

Samedi 4 novembre de 11h45 à 12h45
Espace CIC Ouest

► L’IA qui dessinait Mona Lisa et qui écrivait La Comédie humaine

La technologie, avec les récents outils qu’elle propose, offre de nouvelles possibilités tout en nous en faisant perdre d’anciennes. Et nous oublions ce que nous avons perdu. Comment l’art évolue-t-il avec la technologie ? Se transforme-t-il pour le meilleur ou pour le pire ? Qu’allons-nous faire de l’IA ? Que va-t-elle faire de nous ?

Avec Stéphane Levallois, Guillaume Singelin, Adrien Tomas, Elene Usdin, modération Denis Bajram

Dimanche 5 novembre de 09h15 à 10h15
Cité des Congrès – Salle 2001

 

Côté syndical

► Café Ligue

La Ligue des Auteurs Professionnels organise une rencontre autour d’un café, d’un thé ou d’un soft pour les auteurs et autrices présents aux Utopiales comme pour ceux et celles qui voudraient venir en voisins. Un Café Ligue, c’est un moment convivial où notre équipe vous tient au courant des questions et des actions du moment. En plus de s’informer auprès de nos juristes et de nos élus, c’est l’occasion pour nous, auteurs et autrices, de se retrouver et d’échanger sur nos métiers, notre situation et de réfléchir ensemble à notre avenir (et ce n’est pas de la science-fiction).

Avec l’équipe de la Ligue des auteurs professionnels

Samedi 4 novembre de 16h00 à 17h00
Sur inscription avant le 27 octobre midi au lien suivant :

Colloque BD au Collège de France : le replay

La semaine dernière j’étais dans les vénérables murs du Collège de France pour le colloque Nouveaux chemins de la bande dessinée qui venait conclure l’année de cours de Benoît Peeters. On y a entendu des interventions passionnantes. Si vous voulez vous faire une idée des enjeux actuels, c’est à écouter ou réécouter.

Lors de l’intervention que je partageais avec Loo Hui Phang et Pierre Nocerino (ci-dessus) j’ai essayé, sans taire les immenses difficultés actuelles des auteurs et autrices, de finir sur une note un peu plus ambitieuse.

Petit détail amusant : quand Benoît a présenté mon travail en début de de table ronde, j’ai vu s’afficher sur l’écran géant la couverture de mon dernier album paru. Je vais donc pouvoir me gargariser d’avoir permis à Goldorak d’entrer au Collège de France 🙂

Voici l’ensemble des vidéos, dans l’ordre chronologique :

  1. Introduction
    Benoît Peeters
  2. Une bande dessinée de poésie
    Jan Baetens (auteur)
  3. La bande dessinée de non-fiction
    David Vandermeulen (auteur)
  4. Au-delà du papier, vers le numérique
    Julien Baudry (université Bordeaux Montaigne) :
  5. La recherche et l’enseignement de la bande dessinée.
    Thierry Groensteen (auteur), Irène Leroy-Ladurie (revue Neuvième art), Sylvain Lesage (université de Lille)
  6. Les évolutions du marchéXavier Guilbert (site Du9)
  7. Éditer la bande dessinée.
    Christel Hoolans (Kana – Le Lombard), Benoît Mouchart (Casterman), Serge Ewenczyk (Çà et là)
  8. Auteurs et autrices, un métier en danger ?
    Pierre Nocerino (chercheur), Loo Hui Phang (autrice), Denis Bajram (auteur)
  9. Lire et faire lire la bande dessinée.
    Vincent Poirier (libraire), Sonia Déchamps (journaliste-modératrice), Pascal Mériaux (BD Amiens)
  10. Exposer et conserver la bande dessinée.
    Anne-Hélène Hoog (CIBDI Angoulême), François Schuiten (auteur), Jean-Baptiste Barbier (galeriste)

Au Collège de France

Si on m’avait dit qu’un jour je serais convié à m’exprimer dans l’enceinte du Collège de France, je n’y aurai pas cru. Je suis pourtant bien invité par Benoît Peeters à dire quelques mots durant le colloque qui conclut son année de cours sur la Bande Dessinée. Et il n’y a pas que l’institution qui est prestigieuse, je serai en excellente compagnie comme vous pouvez le voir dans le programme ci-dessous.

Pour ceux qui peuvent se rendre disponibles, les conférences sont en accès libre et sans inscription préalable. Pour les autres, l’ensemble du colloque sera filmé et sera disponible ensuite sur le site du Collège de France.

D’ici là, vous pouvez déjà réécoutez les passionnants cours de Benoit en ligne.

COLLOQUE : NOUVEAUX CHEMINS DE LA BANDE DESSINÉE

7 juin 2023 de 9h à 18h

Collège de France , amphithéâtre Marguerite de Navarre

Le projet de ce colloque est d’établir un état des lieux de la bande dessinée dans le monde francophone, sous les angles plus divers. On s’intéressera bien sûr à la dimension esthétique, en évoquant la bande dessinée de poésie, la place grandissante de la non-fiction, l’intérêt pour les nouveaux supports. Mais on évoquera aussi la situation de l’enseignement et de la recherche, les évolutions du marché, la diversité des approches éditoriales, la fragilité des auteurs et autrices, l’importance de la médiation, la mise en valeur du patrimoine et des planches originales…

 

  • 09 h 15 Benoît Peeters : Introduction
  • 09 h 30 Jan Baetens (auteur) : Une bande dessinée de poésie
  • 10 h 15 David Vandermeulen (auteur) : La bande dessinée de non-fiction
  • 11 h 00 Julien Baudry (université Bordeaux Montaigne) : Au-delà du papier, vers le numérique
  • 11 h 45 TABLE RONDE : La recherche et l’enseignement de la bande dessinée. Avec Thierry Groensteen (auteur), Irène Leroy-Ladurie (revue Neuvième art), Sylvain Lesage (université de Lille)
  • 12 h 40 Pause
  • 14 h 00 Xavier Guilbert (site Du9) : Les évolutions du marché
  • 14 h 30 TABLE RONDE : Éditer la bande dessinée. Avec Christel Hoolans (Kana – Le Lombard), Benoît Mouchart (Casterman), Serge Ewenczyk (Çà et là)
  • 15 h 20 TABLE RONDE : Auteurs et autrices, un métier en danger ? Avec Pierre Nocerino (chercheur), Loo Hui Phang (autrice), Denis Bajram (auteur)
  • 16 h 10 TABLE RONDE : Lire et faire lire la bande dessinée. Avec Vincent Poirier (libraire), Sonia Déchamps (journaliste-modératrice), Pascal Mériaux (BD Amiens)
  • 17 h 00 TABLE RONDE : Exposer et conserver la bande dessinée. Avec Anne-Hélène Hoog (CIBDI Angoulême), François Schuiten (auteur), Jean-Baptiste Barbier (galeriste)
  • 17 h 50 Benoît Peeters : Conclusion

Arrêter aussi les séances de signatures ?

Ce week-end, Valérie et moi avons découvert pour la première fois les Imaginales. Quel merveilleux festival ! Consacré à l’imaginaire, il accueille tous les ans plus de 40 000 visiteurs dans un cadre idyllique, un parc au centre-ville d’Épinal. Différentes tentes et structures s’y dressent, et, avec une météo particulièrement idyllique comme cette année, c’est un vrai bonheur de circuler dans ce jardin enchanté.

Les Imaginales est un festival comme je les aime, un festival culturel à la fois grand public et pointu, et où, surtout, la dédicace n’est pas le seul centre d’intérêt. Vous le savez, j‘ai arrêté les séances de dédicaces dessinées il y a plus de quinze années, pour de nombreuses raisons, la première étant que je pensais, et pense toujours, qu’il y a de bien meilleurs moyens de montrer et parler de notre travail que des files de lecteurs devant des auteurs tête baissée sur leur dessin (voir ici). C’est pour cela que j’ai réorienté mes sorties vers les manifestations qui me proposaient autre chose que la séance de dédicace : tables rondes, démonstrations live, expositions, master class, cafés littéraires, ateliers et autres rencontres.

Ces dernières années, sous la pression de certains libraires, j’avais repris lentement le chemin des tables de dédicaces, mais dans une formule réduite à la seule signature de mes ouvrages. En ne faisant « que » signer, j’évitais les files d’attente de parfois plusieurs heures qui se formaient devant moi quand je dessinais. Et je pensais pouvoir discuter tranquillement avec ceux que ça intéresserait. Mais, dans les faits, il semble que seul un petit tiers des gens qui viennent devant moi ont envie de discuter. Les autres ne sont là que pour obtenir un autographe destiné à valoriser leurs livres de manière symbolique, mais aussi pécuniaire pour certains, je ne suis pas dupe.

Si j’avais accepté l’invitation des Imaginales (merci Gilles Francescano), c’était donc pour les tables rondes, les retrouvailles avec les amis et le fait qu’on m’avait dit que la rencontre avec le public était facilitée par le cadre. Et c’est bien le cas : j’ai été arrêté dans les allées du parc par de nombreux lecteurs et lectrices, et nous avons pu parler de plein de choses passionnantes. Entre autres excellents souvenirs, celui où, après une bonne sieste en fin de journée avec Valérie sous un des grands arbres un peu à l’écart, nous avons eu le plaisir de discuter avec un jeune libraire d’Octopus qui est venu, passionné, à notre rencontre. Je venais justement de poster sur mon mur Facebook une petite photo de cette sieste idyllique en souhaitant un bon week-end à tout le monde.

Hélas, en rentrant, j’ai eu le plaisir de découvrir sous ce message celui d’un malotru se plaignant de nous voir faire la sieste : « Au lieu de dédicacer… Triste 2 x 2 heures d’attente pour rien… Tant pis les autres auteurs ont fait le taf. »

Pourtant, nous avons été présents à tous les créneaux de signature que nous avions donnés au libraire dès le premier jour. Je suis juste arrivé un matin en retard d’une demi-heure car j’avais été occupé par une petite réunion professionnelle. Donc si ce monsieur a attendu deux fois deux heures pour rien, c’est qu’il n’a pas demandé aux libraires à quel moment nous venions. Mais cela ne semble pas être le cas, puisqu’il commente un peu plus bas « c’est le week-end qui a l’air d avoir été complexe selon les libraires… ».

J’ai du mal à croire que les libraires du pôle BD aient dit du mal dans mon dos, car ça serait plus que déplacé. J’imagine que ce monsieur s’est surtout fait un film. Car, sans doute, doit-il considérer qu’un auteur doit être à son service durant toute la durée d’un festival. Et il en est tellement persuadé qu’il a la goujaterie de venir le dire en commentaire sur mon propre mur.

Doit-on encore rappeler que le seul service que nous devons à nos lecteurs et lectrices, c’est de leur faire les meilleurs livres possibles ? Que la rencontre, la signature ou la dédicace dessinée sont des cadeaux gratuits que nous avons la gentillesse de leur faire ? Que nous prenons sur nos week-ends et nos vacances pour cela ? Et que nous avons donc peut-être le droit de faire une petite sieste ?

Bref. Suite à cette aventure, je commence à me dire qu’il serait plus simple que j’arrête toute séance de signature. Comme ça personne n’attendra devant une table vide. Je continuerai de voir mes lecteurs et lectrices à la fin des interventions sur scène, pendant les ateliers ou par hasard dans les allées. Je continuerai à y signer rapidement mes livres en souvenir de ces rencontres presque improvisées. Et tout le monde en sortira bien plus heureux, non ?

Rassurez-vous, cette petite histoire n’arrivera pas à gâcher l’excellent souvenir de ces Imaginales. Et même si c’est un peu trop loin de la maison, nous y retournerons Valérie et moi avec un grand plaisir… mais probablement sans signer la prochaine fois 😊

Imaginales 2023

Pour la première fois Valérie et moi nous rendrons aux Imaginales, le célèbre festival de la ville d’Épinal. Nous avons répondu à l’invitation de notre camarade Gilles Francescano, le tout nouveau directeur artistique de la manifestation. Gratuit et ouvert à tout public, les Imaginales sont organisées depuis 22 années à la fin du mois de mai dans le Parc du Cours et accueillent plus de 200 auteurs et autrices et 45 000 visiteurs.

Comme nous ne sommes venus que très rarement dans l’est de la France, c’est avec un grand plaisir que nous rencontrerons un public que nous ne connaissons pas encore.

Ce sera aussi l’occasion pour ceux qui n’auraient pas eu la chance de la voir aux Utopiales de découvrir la très belle exposition Valérie Mangin, scénariser sans limite au siège de la Communauté d’Agglomération d’Épinal, avenue Dutac. Elle y sera visible jusqu’à fin juin.

Vous pourrez me retrouver en table ronde à ces dates :

► Jeudi 25 mai de 18h à 19h au Magic Salon Perdu
« La Pop culture, reflet d’une société psychotique ? »
Avec Denis Bajram, Laurent Genefort, Clément Pélissier et Christophe Siebert

► Samedi 26 mai de 12h à 13h au Magic Deluxe
« Rapport Science et Science Fiction ? comment la SF modifie le réel. »
Avec Denis Bajram, Claude Ecken, Rakel Haslund, Pierre Lagrange, Jean-Marc Ligny, Olivier Paquet

► Samedi 27 mai de 17h à 18h au Magic Salon Perdu
« La bande dessinée, une histoire de couple ? »
Avec Denis Bajram, Ariane Delrieu, Laurent Genefort, Valérie Mangin, Frédéric Michel, Alexandre Ristorcelli

► Dimanche 28 mai de 14h à 15h au Magic Salon Perdu
« Quand l’outil forme la main et la pensée. »
Avec Denis Bajram, François Baranger, Céline Blaché, Yannick Huchard, Stéphanie LeCam, Olivier Paquet

Chacune de ces rencontres sera suivie par une séance de signature d’une heure. Je précise, que, comme à mon habitude, je ne ferais pas de dessin. Ça nous laissera le temps d’avoir de vrais échanges avec tous ceux qui le voudront. Enfin, en dehors de ces plages horaires, si vous nous croisez dans les allées, n’hésitez surtout pas à nous arrêter pour discuter : nous venons pour ça !

Images ©www.imaginales.fr

25 ans de la Cour des miracles

En 2006, j’ai arrêté de faire des dédicaces dessinées, pour plein de raisons que j’avais expliquées à l’époque. En 2015, j’avais tout de même accepté de refaire cinq belles dédicaces payantes pour aider à financer un nouveau festival dont j’étais le parrain.

Huit ans plus tard, j’ai donc remis le couvert pour soutenir l’ami Jean-Marie Le Callonec et sa librairie, La Cour des Miracles à Caen, qui s’est retrouvée hélas en difficultés économiques après 25 ans de passion au service de la Bande Dessinée.

Sur les cinq dédicaces couleurs vendues 500 € au profit de la librairie, j’ai eu le plaisir d’en réaliser deux sur places pour deux fans qui avaient fait le déplacement, l’un de Paris, l’autre du nord de la France. Nous avons donc passé deux heures ensemble à papoter, le temps que je réalise les dessins.

L’ambiance de la journée a été plus qu’excellente, et ça faisait très plaisir de voir autant de gens entourer Jean-Marie pour les 25 ans de la librairie. Jean-Marie, on te souhaite le meilleur pour la seconde partie de cette aventure !

Et merci à Valérie pour les photos.