Notre-Dame

Certains de mes plus vieux souvenirs d’enfance sont dans le square au pied de Notre-Dame de Paris. Mes grands-parents habitaient non loin de là, au début du Marais, à l’époque où ce n’était pas encore réservé aux riches… Puis j’ai fait une partie de mes études dans la lumière de sa façade sud,, rive gauche, le quartier des écoles et des librairies de Bande Dessinée. Je me souviens des heures passées sur ces quais chez un bouquiniste spécialisé en comics… C’est là, juste en face de Notre-Dame, que Valérie et moi nous sommes rencontrés comme je l’ai dessiné dans cette case d’Abymes. Depuis ce jour-là, nous ne nous sommes plus quittés. Et c’est à cet endroit merveilleux que nous avons eu la chance d’habiter plusieurs années…

Il y a tous ces moments personnels et il y a aussi la passion pour l’architecture médiévale. Je ne compte pas les heures passées à Notre-Dame, autour de Notre-Dame, en haut de Notre-Dame… J’ai accumulé les livres et les articles sur le sujet, et j’ai passé des heures à essayer de comprendre les différentes étapes qui avaient amené à l’édifice d’aujourd’hui… Ceux qui suivent mes actualités m’ont vu blanchir quand la tempête avait éventré la rosace de la façade de la cathédrale de Soisson… Vous imaginez la tête que je fais ce soir…

On verra demain ce qu’il en est. Mais, ce soir, je suis bien content d’habiter loin du quartier, loin de Paris, à Bayeux, au pied d’une autre cathédrale, intacte elle. Ce soir, sa plus triste cloche a longuement sonné le glas pour sa sœur en flamme.

Jeu des sept erreurs, pardon, horreurs

Un ami a partagé une photo d’immeubles biscornus typiquement parisiens. J’ai voulu lui montrer où cela se trouvait, car cette vue, j’ai eu plaisir à l’admirer tous les jours en sortant de chez moi à la fin des années 90. En allant sur Google Maps, j’ai eu un étrange sentiment. Quelque chose clochait…

Après vérification, c’est devenu évident. Cette carte postale pittoresque a tout simplement été massacrée entre temps. Vu les dates des travaux qu’on peut voir sur Google Maps, vers 2008, le bâtiment vert a été relevé d’un bon mètre à partir du dessus de la fenêtre du premier étage. Déjà, ce mur aveugle est très laid et ne correspond à rien en termes d’architecture. Mais en plus, cela a gommé le différentiel de hauteur entre les deux maisons qui faisait une bonne partie du charme de la vue…

On est juste en face de Notre-Dame, il a donc fallu que non seulement la Ville de Paris, mais aussi probablement les Monuments historiques donnent leur accord à cette horreur. Résultat, de la fausse architecture “authentique”. La disneylandisation de Paris n’en finira-t-elle donc jamais ?

PS : Valérie et moi passons devant cet endroit, mais en vue opposée, dans Abymes tome 3, notre autobiographie décalée.

Video : Dans ma bulle

Depuis cinq ans qu’elle est parue chez Aire Libre, la trilogie Abymes semble toujours intriguer pas mal de nos lecteurs. La chaine Youtube Neuvième Art lui consacre un riche numéro, très illustré et documenté. Valérie Mangin et moi y parlons de notre travail, des plaisirs mais aussi des problèmes qu’ont posés les trois tomes d’Abymes. C’est aussi l’occasion de revenir sur la manière dont nous envisageons de faire de la BD, sur Trois Christs et sur la carrière de Valérie. Nous y terminons même sur le pourquoi et la situation actuelle des États Généraux de la Bande Dessinée.

Alors que j’ai plutôt du mal à me revoir en général, je me suis surpris à regarder tout jusqu’au bout, tellement c’est agréable. Bravo et merci à Ezeltoff Gzu, Reno et Julien 🙂

Abymes : preview du tome 3

Mise en abymes et autofiction

1993. Valérie Mangin, jeune étudiante du Quartier Latin, achète le tome 1 d’Abymes, intriguée que la scénariste ait le même nom qu’elle. Après se l’être fait voler, elle oublie cette coïncidence.

C’est lorsque la même mésaventure se reproduit avec le tome 2 qu’elle part à la recherche de ces albums… pour découvrir qu’ils n’existent pas ! Ou plutôt pas encore… Tombée amoureuse de l’auteur de BD Denis Bajram, elle commence elle-même à écrire. Mais deviendra-t-elle pour autant la scénariste d’Abymes ?

Vous l’avez compris ce dernier tome d’Abymes est en fait une auto-fiction réalisée avec la complicité de mon mari Denis Bajram, au co-scénario et au dessin.

Vous pouvez en lire les premières scènes en exclusivité sur le site BD Gest’ : Abymes, troisième partie.

Abymes sur France 3 Normandie

A l’occasion de la sortie du triptyque Abymes, la sympathique équipe de l’émission Là où ça bouge de France 3 Basse Normandie est passée à la maison mercredi dernier faire un reportage sur notre travail.

Ils nous ont filmé, Valérie et moi, dans notre atelier. Découvrez l’antre où naissent UW2 et Alix senator :

Preview d’UW2 et d’Abymes

Le n°56 du journal Casemate consacre son dossier central à Universal War Two à paraître en septembre 2013. Longue interview de votre serviteur, premiers dessins et surtout trois planches du tome 1. C’est donc vrai qu’UW2 arrive :-).

Cette exclusivité est complétée d’une seconde : deux pages du tome 3 d’Abymes pour la prestigieuse collection Aire Libre. C’est celui que j’ai dessiné, et que Valérie Mangin et moi avons scénarisé ensemble. Elle est la femme de ma vie, la scénariste de toute la série, le sujet de ce tome 3 après Balzac et Clouzot. Valérie est interviewée sur tout cela par le toujours excellent Jean-Pierre Fuéri.

Vous pouvez vous procurer Casemate dans votre point presse habituel, ou sur son site.