Sous les Bulles 2020, les auteurs contre-attaquent

En 2013, le documentaire Sous les bulles, l’autre visage du monde de la Bande dessinée faisait grand bruit en mettant les pieds dans le plat de la surproduction de livres et de la déprofessionnalisation des auteurs et autrices.

Aujourd’hui, Maiana Bidegain et Joel Callede ont décidé de proposer un second volet. Car, en sept ans, la situation a fait plus que changer, et pas dans le bon sens. Tandis que les problèmes évoqués dans Sous les bulles continuaient à détruire les conditions de travail des auteurs, plusieurs réformes sociales catastrophiques se sont enchainées pour eux… Ce furent donc sept années de luttes. Dont les auteurs et autrices ne sortent pour l’instant pas vainqueurs, soyons clairs. Et aujourd’hui, voilà que s’y ajoute une effrayante crise sanitaire et économique…

Ce projet de documentaire Sous les Bulles 2020, les auteurs contre-attaquent est donc plus qu’important. Comme il se construit avec un financement participatif, je ne peux que vous recommander d’y apporter votre contribution, même modeste :

En voici la bande annonce :

Et pour ceux qui voudraient revoir le premier documentaire, il est disponible en ligne :

Le mot « professionnel » fait toujours peur

Ce matin, je lis une tribune qui s’en prend au rapport Bruno Racine et à la Ligue des auteurs professionnels sous la plume du président de la SGDL. Voilà qui s’ajoute aux récents propos peu confraternels du SNAC. On comprend mieux les tensions qui ont poussé la Ligue à quitter le CPE.

Aujourd’hui, l’attaque porte sur la notion même de « professionnel ». Clairement, un gros mot.

Rappelons-le : la Ligue se bat pour que le plus d’artistes-auteurs possible aient accès à un solide statut professionnel. Étonnement, ce mot de « professionnel », certains nous le reprochent sans arrêt, depuis le début, comme s’il était excluant, comme s’ils avaient peur de ne pas en faire partie, de se retrouver classer dans une catégorie « amateur ». Rappelons bien de quoi nous parlons : de protection sociale, pas d’autre chose ! Pas de savoir qui fait bien ou mal ses livres ! Notre principal sujet est de mieux protéger les auteurs et autrices qui n’ont pas d’autres moyen d’avoir une protection sociale par ailleurs, parce qu’ils n’ont pas d’autre métier en fait. C’est exactement ce que nous disons dans le document que nous avons remis à la mission Bruno Racine, en proposant de mettre en place un « statut à points » qui permette, en multipliant les critères autres que les revenus, de rattraper le maximum de gens, bien en dessous des seuils actuels, et dans des pratiques bien plus ouvertes, dont l’auto-édition.

Bref, depuis des semaines, c’est l’attaque en règle contre la Ligue des auteurs professionnels, quitte à raconter n’importe quoi, quitte à tordre le bras à la réalité ou à nos propos. À les lire, on a l’impression qu’ils paniquent à l’idée qu’on change le statut des artistes-auteurs. Comme s’ils pensaient que la situation actuelle n’était pas si mal, qu’il n’y avait pas de gros problèmes, qu’il n’y avait pas d’urgence, qu’il n’y avait pas de crises grave pour les artistes-auteurs. De fait, si on évacue les immenses difficultés que rencontrent les auteurs et autrices professionnels aujourd’hui, en effet, la situation ne va pas si mal, on continue à publier des livres et ils continuent à être lus. Bref, en effet, continuons à laisser disparaître tous les professionnels, comme ça il n’y aura plus de problème.

La panique de tous ces gens est multipliée par le fait que, si les choses changent, en plus ce n’est pas du tout de leur fait. Car, oui, en un peu plus d’an d’existence, c’est la Ligue des auteurs professionnels qui a énormément fait bouger les choses. Elle est à la base de toute la séquence qui a amené au rapport Bruno Racine. Elle a longuement travaillé pour apporter une très riche contribution, là où ceux qui pleurent aujourd’hui ont fait les choses, disons, avec beaucoup moins de conviction. Notre faute est donc d’avoir osé faire bouger les choses et d’avoir travaillé pour cela ! Et trop vite, apparemment ! En effet, on nous reproche d’imposer un rythme fou, impossible à suivre. Sacrée Ligue, qui irait trop vite alors qu’elle n’est composée que d’auteurs et autrices bénévoles. Surtout, comment peut-on nous dire que nous allons trop vite ? Comment, ça, il n’y aurait pas d’urgence ? Bref, continuons à laisser disparaître tous les professionnels, comme ça il n’y aura plus d’urgence du tout.

On reproche enfin à la Ligue d’être récente, d’être bien jeune. C’est oublier qu’elle a en partie était fondée par des organisations plus anciennes, dont la Charte et ses 45 ans d’existence. C’est oublier, aussi que ces fondateurs sont des auteurs et autrices bénévoles engagés pour certains depuis 20 ans dans la défense et la représentation de leurs collègues. C’est surtout très maladroit : la Ligue a le bon goût, elle, de ne pas traiter les autres de vieillard ou d’impotent…

Tous ces gens ont fait leur possible pour que le rapport Bruno Racine soit enterré, ou ait le moins de conséquences possibles. Tous ces gens sont en particulier opposés à la création d’élections professionnelles. C’est pour ça qu’il faut s’en prendre à la notion de professionnel. Mais, et surtout, il ne faudrait surtout pas que les artistes auteurs puissent dire qui parlera en leur nom demain pour la gestion de leur statut social. À la Ligue, depuis le début, nous sommes pour cette démocratie professionnelle. Parce qu’il n’y a que les créateurs et créatrices pour savoir qui défend vraiment leurs intérêts réels, qui se bat pour régler leurs problèmes de tous les jours, qui leur offre un avenir. Bref, qui ne fait pas comme s’il n’y avait pas de graves problèmes, de vraies urgences, qui refuse que disparaissent tous les professionnels.

Pour finir, je tiens à remercier tous ceux qui veulent que rien ne change pour une chose : vos attaques sont tellement maladroites que vous êtes en train de faire une formidable publicité à la Ligue. Grâce à vous, les auteurs et autrices commencent à bien mieux voir qui est pour que rien ne change et qui est pour que notre statut se renforce enfin sérieusement !

Bref, auteurs, autrices, laissez tomber ceux qui vous disent que « professionnel » est un gros mot. Si vous voulez rester professionnel, ou le devenir, ou les soutenir, adhérez à la Ligue des auteurs professionnels !

Pourquoi je me mets en retrait de l’action syndicale

Ce texte n’est vraiment pas facile à écrire. Mais, aujourd’hui, je n’ai d’autre choix que de me mettre en retrait de l’action syndicale.

Comme beaucoup d’entre vous le savent, je suis depuis de nombreuses années très impliqué dans la défense collective des auteurs et autrices. C’est un long parcours, et une part importante de ma vie. J’ai été syndicaliste étudiant dès les années 90 aux Arts décos de Paris, puis j’ai participé à la création en 2000 de l’association des auteurs de BD, en 2007 du syndicat SNAC BD, en 2014 des États généraux de la Bande Dessinée et enfin en 2018 de la Ligue des auteurs professionnels. Chacune de ces organisations répondait aux nécessités du moment. Chacune m’a pris plus de temps que la précédente.

Ces dernières années, j’ai plus été syndicaliste qu’auteur de BD. Cela a mis en péril mon travail, cela a provoqué un report continu de la publication de nouveaux tomes d’Universal War comme de mes autres projets. Déjà parce que j’ai fini par passer un vrai plein temps sur les activités syndicales comme sur celles de lobbyiste en faveur des artistes-auteurs de la BD et aujourd’hui de l’ensemble du livre. Mais aussi parce que vivre avec tous les témoignages et les problèmes des créateurs et créatrices est quelque chose d’extrêmement difficile à supporter si on a un minimum d’empathie.

Ne plus écrire et dessiner est un enfer pour moi. Je n’ai pas choisi ce métier pour passer mon temps à lire les projets de loi de finance de la Sécurité Sociale ou à écrire des synthèses en langage administratif. Je n’ai pas choisi ce métier pour que mon mur Facebook ne soit quasiment plus qu’un fil d’information syndical.

Ne pas publier de livre a évidemment eu des conséquences réelles sur mes revenus : je gagne aujourd’hui deux fois moins qu’il y a quelques années. Sans Universal War qui se vend toujours bien et la « rente » du projet de film, il m’aurait été impossible de continuer ainsi. Je précise que je n’ai jamais touché la moindre indemnité et que j’ai juste accepté le remboursement de mes billets de trains pour aller en réunion.

M’exposer sur le terrain syndical a eu aussi des conséquences fortes sur mon moral. Déjà, ce n’est pas simple de porter au quotidien le malheur des collègues, comme je le disais plus haut. Mais s’y ajoutent les nombreuses discussions tendues qu’on a en permanence, ainsi que les mails et les coups de téléphones très agressifs de tous ceux qui semblent penser que rien ne doit changer dans la chaîne du livre.

Tout cela est épuisant. Toute cela se traduit en fatigue, en nervosité, et en problèmes de santé divers. Tout cela doit pourtant être caché en public. Il faut, chaque jour, faire semblant que tout va bien, qu’on avance, qu’on va gagner. Il faut chaque jour reprendre la pédagogie avec tout le monde, avec la même patience et avec la même conviction.

Il aurait sans doute fallu que j’arrête il y a plus d’un an, vu les signaux d’alerte que me donnait mon corps. Rien de très grave, mais l’estomac, les dents, les douleurs, tout m’alertait sur mon épuisement. Cela fait donc plus d’un an que je continue de foncer alors que je suis en « burn out ». Pourquoi ai-je malgré tout continué ? Hélas, nous sommes très peu aujourd’hui à maitriser, ou au moins comprendre, l‘ensemble des dossiers qui concernent les auteurs : droit d’auteur, social, fiscalité, sociologie de la création, connaissance de terrain des auteurs, connaissance interne de l’édition, de la librairie, des institutions… sans parler de la nécessité d’avoir un vaste réseau de relations parmi les auteurs, mais aussi les politiques, les organisations diverses, les maisons d’éditions… M’arrêter en plein milieu du chemin, c’était risquer de gâcher tout cela. C’était d’autant plus impossible vu le peu que nous sommes à pouvoir gérer tous ces dossiers. C’était donc inenvisageable et je ne l’ai même pas envisagé. La solution aurait pu être de confier une partie du travail à d’autres, même s’il n’est pas simple de trouver des remplaçants. Mais, hélas, j’ai appris depuis longtemps, que quand on laisse un bras dans les rouages, on finit toujours par se refaire happer entièrement.

Aujourd’hui, j’ai donc pris la décision de stopper quasiment tous mes engagements. Principalement parce que je ne suis plus en état de continuer. Mais aussi, je ne vais pas vous le cacher, à cause du comportement de quelques rares auteurs et autrices. En effet, certains ont l’air de considérer que leurs représentants sont des sacs de sables qu’ils peuvent boxer sans qu’ils ne cèdent jamais. Ajoutez-y quelques couteaux dans le dos de la part de confrères et consœurs que je pensais être des amis, et vous avez les gouttes d’eau qui ont fait déborder un vase déjà bien trop rempli. Je ne dis surtout pas ça pour que les auteurs cherchent des coupables dans leurs rangs. C’est plutôt un avertissement à tous : par pitié, épargnez vos représentants. Hélas, oui, nous ne sommes pas parfaits. Hélas, oui, nous faisons parfois des choix que vous ne comprenez pas ou que nous n’avons pas le temps d’expliquer assez. Hélas, oui, nous faisons aussi inévitablement des erreurs, malgré notre attention permanente à respecter les attentes de tous les auteurs et autrices. Mais n’oubliez jamais que nous sommes très peu, et que si nous affichons force et conviction en public pour défendre nos causes, nous ne sommes pas des colosses indestructibles, bien au contraire.

Je peux stopper aujourd’hui mon investissement sans culpabiliser totalement pour une raison : nous sommes arrivés à la fin d’un cycle, et au début d’un nouveau. Le rapport Bruno Racine est la conclusion du cycle de réflexion sur la situation des auteurs ouvert avec les États généraux de la Bande Dessinée en 2014. Ce rapport vient enfin acter la RÉALITÉ des auteurs et autrices. C’est un changement de paradigme complet : ce n’est enfin plus à nous de prouver nos problèmes. Au bout de toutes ces années, via différentes organisations, et finalement grâce à l’engagement de la Ligue des auteurs professionnels, nous avons obtenu une énorme victoire pour les auteurs et autrices. Mais le combat n’est pas fini, bien au contraire. Nous entrons dans un nouveau cycle, où tous ceux qui profitent de la situation actuelle vont s’opposer à tout changement. Le combat prend quelque part une toute autre dimension. Et il va falloir de nouveaux combattants pour le mener.

Je quitte donc aujourd’hui la présidence de Ligue des auteurs professionnels. J’ai tout de même accepté de rester au conseil d’administration, en tant que conseiller. Histoire que toutes les connaissances et l’expérience acquises toutes ces années ne soient pas perdues. Je reste en particulier pour accompagner la réflexion de Samantha Bailly, qui a accepté de reprendre la présidence de la Ligue. Vous le savez, c’est une jeune femme extraordinaire, qui depuis des années, à la Charte puis à la Ligue, a déplacé des montagnes pour nous. Au-delà de sa remarquable expertise sur tous les dossiers, elle fait preuve d’une solidité à toute épreuve pour défendre nos intérêts collectifs. Auteurs, autrices, je vous la confie : soutenez-la, épargnez-la, protégez-la, car elle est notre meilleur atout aujourd’hui.

Enfin, et surtout, ne déduisez pas de mon retrait qu’il ne faut pas vous engager, bien au contraire ! C’est le moment ou jamais de venir non seulement me remplacer, mais d’aller renforcer vos organisations. La Ligue des auteurs professionnels est votre force de frappe dans la lutte globale des auteurs et autrices. En apprenant mon retrait, certains risquent d’avoir envie de sabrer le champagne, j’espère que vous allez leur donner tort en vous engageant nombreux. Adhérez à la Ligue si ce n’est déjà fait ! Devenez bénévoles ! Aujourd’hui, nous avons le rapport Bruno Racine sur lequel nous appuyer, il va falloir le défendre bec et ongle et l’emmener le plus loin possible. Les deux prochaines années de cette législature sont donc un moment clef de notre histoire. Je compte sur vous pour ne pas le manquer.

Assemblée générale des auteurs et autrices de BD lors du dernier festival d’Angoulême. Samantha et moi y avons expliqué les enjeux du rapport Bruno Racine.

Un traitement équilibré de l’information ?

Ceci ce n’est pas un appel à manifester le 5 décembre comme le texte d’hier n’était pas un appel à ne pas manifester.

Même si je me tiens à une grande réserve sur les sujets politiques, comme je l’expliquais hier, j’avoue que c’est sidérant de voir à quel point les journaux télévisés escamotent les raisons de la grève de demain au profit de reportages sur les conséquences de cette grève. Ils ne parlent quasiment que de “comment s’organiser”, de “pays bloqué” laissant la parole uniquement à des personnes présentées comme “victimes” voire “otages” de la grève.

Quoi qu’on pense de cette grève, elle mériterait, ne serait-ce que par respect pour l’ampleur de cette mobilisation sociale, un traitement un peu plus équilibré… Donc, quoi que vous pensez de ce gouvernement ou de cette réforme, allez lire ce que disent les syndicats qui appellent à la grève, ne vous contentez surtout pas uniquement de ce seul discours anxiogène anti-grève.

À titre d’information, donc, pour les auteurs et autrices qui s’interrogeraient encore sur ce qu’ils feront ou pas demain, un collectif “Art en grève” s’est constitué, et semble devenir le point de convergence d’une partie des artistes-auteurs qui veulent manifester : www.artengreve.com

 

 

Manifester le 5 décembre en tant qu’auteur ?

Hier, je me suis rendu à Paris pour une réunion au Ministère de la Culture et pour un conseil d’administration de la Ligue des auteurs professionnels. Cette journée a été avancée vu les difficultés de transport qui s’annoncent dans les prochains jours. J’ai donc profité de ce trajet en train pour prendre le temps de vous expliquer pourquoi la Ligue n’a pas donné de consignes pour la grande journée de mobilisation du 5 décembre prochain. Et en quoi ce n’est pas non plus un appel à ne pas manifester.

En effet, ce jour-là, « Les organisations syndicales et de jeunesse s’engagent à construire un plan d’action contre le projet de réforme de retraites par points et pour gagner un renforcement, une amélioration du système actuel de retraites solidaire et intergénérationnel » comme le dit le communiqué de l’intersyndicale CGT, FO, FSU, Solidaires, FIDL, MNL, UNL et UNEF1.

Or il y a quelques mois la Ligue des auteurs professionnels et ses amis menaient la campagne Extinction Culturelle2 au sujet de cette même réforme des retraites. Une campagne plus qu’inquiète : le passage à un système de retraite à points promettait de tourner à la catastrophe pour les artistes-auteurs.

Pour rappel, depuis 1975 les artistes-auteurs sont rattachés au régime général de la Sécurité sociale comme n’importe quel salarié3. Dès le départ, vu que les artistes-auteurs n’ont pas d’employeur, le législateur avait remplacé la part patronale sur les cotisations par une contribution diffuseur4, payée, pour les auteurs de livres, par les maisons d’édition. Pourtant, aujourd’hui, elle n’a rien à voir en termes de montant avec les cotisations patronales, puisqu’elle n’est que de 1,1%. Avec le passage à la retraite à points, cette quasi inexistence des cotisations patronales allait se transformer soit en baisse cataclysmique des pensions des futurs artistes-auteurs retraités, soit, pour éviter cela, en nouvelles cotisations à payer par les auteurs, ou par les éditeurs, ce qui reviendrait au même vu qu’ils n’auraient sans doute pas manqué de la reporter sur leurs auteurs. On parlait d’une perte de revenus d’au moins 13% !5

 

Alors, pourquoi notre silence aujourd’hui ? En fait, en juillet, dans ses préconisations pour la future réforme universelle des retraites, le Haut-Commissaire, Jean-Paul Delevoye, a recommandé explicitement que l’État prenne à sa charge l’équivalent de la part patronale des artistes-auteurs. C’était ce que nous avions demandé. Nous avions réussi à convaincre non seulement le Haut-commissaire, mais aussi le gouvernement et la Sécurité sociale qu’il n’y avait pas d’autre solution. C’était donc une grande victoire pour les artistes-auteurs6.

Nous nous montrions tout de même prudents à l’époque : ce n’était que les recommandations, pas la réforme des retraites elle-même. On a vu depuis que cette prudence est plus que justifiée, les différents points de cette réforme ne sont tellement pas actés que plus personne ne sait vraiment à quelle sauce on propose de manger les Français.

Ceci dit, les organisations syndicales des auteurs ont du mal à croire que la préconisation Delevoye à leur sujet ne sera pas suivie. Nous pensons avoir convaincu les pouvoirs publics que c’était la seule solution pour éviter une catastrophe culturelle en France. Nous avons du mal à croire qu’ils puissent maintenant revenir en arrière pour de strictes raisons budgétaires. Ou alors, autant fermer tout de suite le ministère de la Culture vu l’avenir sans création que cela préparerait.

 

À partir du moment où nous avons, pour l’instant, une réforme des retraites qui nous épargne, il paraît donc contre-productif à une partie des organisations syndicales, dont la Ligue, d’appeler les artistes-auteurs à se mobiliser contre cette réforme le 5 décembre. Même si l’idée n’est pas de tomber dans une position strictement corporatiste, j’y reviendrai plus loin.

En plus, nous ne sommes pas non plus en conflit ouvert avec le gouvernement. L’actuel ministre de la Culture s’est montré des plus attentifs à nos demandes. Nous attendons dans les prochaines semaines le rapport de la Mission Bruno Racine et la manière dont le ministre va s’en emparer. Nous sommes donc aujourd’hui, contrairement à beaucoup d’autres, dans une phase de discussion et de concertation réelle.

Nous ne sommes pas dupes, nous savons que cela ne va pas être simple, et nous savons bien que nous pouvons nous faire croquer tout cru à la fin. Mais, en n’appelant pas à se mobiliser le 5 décembre, nous disons au gouvernement que nous voulons croire qu’il a bien compris les enjeux pour les artistes-auteurs.

 

Bien sûr, ce « non appel » de certaines de vos organisations artiste-auteurs ne veut pas dire qu’il ne faut pas aller manifester, voire s’afficher un « en grève » (la grève passe inévitablement pour les artistes-auteurs par d’autres moyens que l’arrêt du travail). Vous pouvez, évidemment, le faire, à titre individuel où collectif, par solidarité avec des professions qui risquent, elles, de beaucoup perdre dans cette réforme, ou même simplement par opposition avec la politique du gouvernement. C’est bien à chacun d’entre nous de se décider selon ses convictions, en citoyen.

 

Je ne vous dirai pas ce que, moi, je ferai ce jour-là. Je commence à être un vieux militant politique et syndical, vous pouvez imaginer que je ne suis pas indifférent à ce qui se passe dans le pays. Mais il me paraît nécessaire, en tant que représentant des auteurs et autrices, de garder une grande réserve sur mes opinions personnelles. Je suis là pour les représenter tous équitablement, y compris ceux avec qui je ne suis pas d’accord. De plus, je dois discuter avec les pouvoirs publics, souvent, ce qui m’oblige aussi à une vraie retenue sur mes opinions politiques. Convaincre est souvent plus simple que d’affronter, en tout cas tant qu’on veut bien nous écouter.

Je ne vais pas vous cacher que c’est vraiment pénible de devoir tout le temps cacher ses opinions, et pire, de devoir taire certaines de ses révoltes. Ceci dit, à une époque où tout le monde donne des leçons sociétales ou politiques à tout le monde sur les réseaux sociaux, cette cure de modestie n’a pas que du mauvais 🙂

 

Voilà, j’espère que j’ai réussi à éclaircir un peu la situation. Il ne me reste qu’à vous souhaiter un bon choix citoyen pour ce que vous ferez le 5 décembre.

Notes

1Cf. https://www.cgt.fr/comm-de-presse/jeudi-5-decembre-toutes-et-tous-en-greve-et-dans-laction-communique-intersyndical

2Cf. http://www.extinction-culturelle.fr/

3Loi n° 75-1348 du 31 décembre 1975 : JO1976-loi-75-1348.pdf

4Loi n° 75-1348 du 31 décembre 1975, article III :
« Le financement des charges incombant aux employeurs au titre des assurances sociales et des prestations familiales est assuré par le versement d’une contribution par toute personne physique ou morale, y compris l’État et les autres collectivités publiques, qui procède, à titre principal ou à titre accessoire, à la diffusion ou à l’exploitation commerciale d’œuvres originales relevant des arts visés par le présent titre.
Cette contribution est calculée selon un barème tenant compte notamment du chiffre d’affaires réalise par ces personnes à raison de la diffusion ou de l’exploitation commerciale des œuvres des auteurs, vivants ou morts, ou de la rémunération versée à l’auteur lorsque l’œuvre n’est pas vendue au public.
Elle est recouvrée comme en matière de sécurité sociale par l’intermédiaire d’organismes agréés par l’autorité administrative qui assument, en matière d’affiliation, les obligations de l’employeur à l’égard de la sécurité sociale.
Conformément aux dispositions du paragraphe VI ci-dessous, cette contribution permet de financer les dépenses du régime qui ne sont pas couvertes par les cotisations des personnes mentionnées à l’article L. 613-1. »

5Cf. http://www.extinction-culturelle.fr/retraite/

6Cf. https://ligue.auteurs.pro/2019/07/18/reforme-des-retraites-des-preconisations-en-faveur-des-auteurs/

Réforme des retraites : les auteurs meilleurs avocats que les avocats

Aujourd’hui, je me suis fait une belle frayeur rétrospective. Hier, nous avons  obtenu un arbitrage très favorable aux artistes-auteurs dans les recommandations du Haut-commissaire pour la réforme universelle des retraites à venir. Or on découvre aujourd’hui que les représentants des avocats ont été beaucoup moins attentifs aux risques de cette réforme universelle :

Les avocats estiment être les plus menacés parmi les professions libérales: « Le doublement des cotisations retraite, de 14 à 28% provoquera notamment une hausse exponentielle du taux de charges des avocats, passant ainsi de 46 à 60% ». Source : Le Figaro

Depuis que je me suis aperçu pendant l’été 2017 que tout le monde nous avait oubliés dans la compensation de la CSG, j’ai compris une chose : nous ne pouvons compter que sur nous même. C’est pour ça que la Ligue des auteurs professionnels s’est créée, c’est aussi pour ça qu’elle s’est emparée très fortement du dossier de la réforme des retraites : si nous n’avions pas mobilisé toutes nos énergies pour faire comprendre au haut-commissaire, aux parlementaires et aux pouvoirs publics le risque pour la création, nous aurions nous aussi basculé à 28% de cotisations sociales…

Bref, les artistes-auteurs ont été meilleurs avocats de leur cause que les avocats…

Alors, auteurs, autrices, si ce n’est pas déjà fait, adhérez à la Ligue des auteurs professionnels : ligue.auteurs.pro

Les auteurs pris en tenaille

Depuis quelques jours, je ne sais pas quoi dire qui ne soit pas totalement négatif sur ce qu’on entend de la part des éditeurs mais aussi des libraires. Avec les États Généraux de la Bande Dessinée, nous avons essayé de créer un espace de discussion afin de faire comprendre à toute la chaîne du livre que ses différents maillons ne pouvaient continuer à faire comme si le premier, les auteurs et autrices, n’était pas en train de craquer. Au contraire, les déclarations d’éditeurs, d’organisateurs de salon ou de libraires se lavant les mains de ces problèmes se multiplient1 2, dans une sorte de moment de vérité : c’est comme ça, ma brave dame, on ne peut rien y faire…

Pour faire très court, les livres ne se vendent plus assez et ce serait donc aux auteurs de se débrouiller pour survivre avec des rémunérations de plus en plus faibles, ou d’en tirer les conséquences et d’arrêter. Pourtant, c’est très précisément le rôle des éditeurs, des diffuseurs qui leur appartiennent de plus en plus et des libraires de vendre les livres. On pourrait se dire que ce serait principalement à eux de se remettre en cause…

Comme les livres se vendent de moins en moins tout seuls, de plus en plus d’éditeurs mettent des clauses de promotion dans les contrats. Sans payer ce travail, ni même s’engager, en échange, à faire un marketing de soutien. C’est donc aux auteurs et autrices de passer leurs week-ends sur les routes pour aller vendre leurs livres à coup de rencontres et de dédicaces. C’est aussi à eux d’animer les réseaux sociaux, voire d’arriver avec une communauté de lecteurs toute prête. Et, de voir même des libraires reprocher aux auteurs invités de ne pas faire assez fait la promotion en ligne des événements dans leur librairie3.

Les ventes baissent, la part de la vente directement soutenue par le travail promotionnel des auteurs eux-mêmes ne fait que croitre. Mais il est hors de question de les payer un tant soit peu pour ça4 5.

Vraiment, très chère chaîne du livre, réalises-tu la tenaille que tu es en train de resserrer autour des auteurs ? Crois-tu vraiment qu’elle puisse encore se refermer longtemps sans que les auteurs et autrices trouvent un autre débouché un peu plus rentable à leur travail ? Quitte à vendre peu en faisant le gros de la promotion eux-mêmes, ne serait-il pas plus logique pour les auteurs de s’autoéditer ? De vendre en circuit court ? Physiquement et/ou via des plateformes internet dédiées ?

Je fais partie de ceux qui croient au rôle des éditeurs (et diffuseurs) et des libraires. Pour les éditeurs, choisir, faire des paris créatifs, financer le risque, le faire dans la durée. Pour les libraires, choisir à leur tour, être force de recommandation directe auprès du public, le faire dans la durée, chacun sur son territoire avec toutes ses spécificités. C’est indispensable pour construire les œuvres fortes de demain. Mais si ce rôle est intégralement reporté sur les auteurs et autrices, qu’est-ce qui justifie encore l’existence de la chaîne du livre ?

Ne jamais oublier que ce sont les auteurs et autrices qui contrôlent la ressource. Ils sont les puits de pétrole. Pourtant, tout le reste de la chaîne du livre à l’air de considérer que, si elle doit légitimement en vivre, elle n’a pas payer à son juste prix la ressource initiale. C’est un choix qui ne peut que se retourner contre elle. Si la chaîne du livre n’offre plus aux créateurs et créatrices la possibilité de vivre de leur art, cela veut dire qu’ils n’ont plus aucune raison de ne pas reprendre le contrôle de la ressource, et de l’exploiter librement et sans intermédiaire.

C’est une question que les auteurs et autrices se posent un peu plus chaque matin. L’industrie culturelle du livre ferait bien de se la poser elle aussi avant de découvrir les réponses que les créateurs et créatrices, en particulier les plus jeunes, vont y apporter.

Notes

1Jacques Glénat, fondateur et PDG d’un des plus gros groupes d’édition de la BD, déclare au sujet de la rémunération des auteurs : « Que tout le monde n’arrive pas à en vivre, c’est un peu comme si un sculpteur ou un peintre expliquait qu’il arrêtait parce qu’il n’arrive pas à vendre ses œuvres. Oui, c’est embêtant, mais malheureusement, c’est le succès qui fait la différence. »
https://www.actualitte.com/article/bd-manga-comics/payer-les-dedicaces-je-trouve-cela-presque-contre-nature-jacques-glenat/95620

2Yves Schlirf, directeur général adjoint de Dargaud Benelux : « La bande dessinée, ce n’est pas un métier en soi. Cela devient un métier quand on vend. […] Il faudra faire autre chose, un autre métier. Ce n’est pas parce que l’on veut faire de la BD que l’on va gagner sa vie. Et ce n’est d’ailleurs la faute de personne : un auteur doit avoir de la chance, trouver un public. Mais le métier de dessinateur s’ouvre sur plusieurs autres domaines. »
https://www.actualitte.com/article/bd-manga-comics/la-bande-dessinee-devient-un-metier-quand-on-vend/95082

3On découvre dans une enquête du SLF dévoilée aux Rencontre nationale de la librairie 2019 que « pour les libraires, le premier objectif d’une animation n’est pas d’augmenter les ventes (même si cela reste évidemment intéressant). Ils souhaitent avant tout donner une image dynamique de leur librairie et profiter d’un moment de partage et de convivialité avec leurs invités. », que cela se nécessite « que l’auteur fasse aussi fonctionner son réseau. C’est un partage, on ne peut pas être seul à porter ça. » mais que pour 75% des libraires « l’idée de rémunérer l’auteur n’est pas souhaitable et impliquerait clairement une réduction du nombre d’animations qu’ils organiseraient ou un transfert vers les animations sans auteurs »
https://www.actualitte.com/PDF/animations-librairie.pdf

4Au sujet de la rémunération de la dédicace, Jacques Glénat complète : « l’auteur qui fait une conférence, cela me parait normal qu’il soit rémunéré, mais celui qui vient faire la promotion de son livre, rencontrer des gens, je ne vois pas pourquoi on le payerait, c’est déjà une opportunité. Qu’on soit payé pour signer un livre, je trouve cela presque contre nature, car l’auteur est content de partager son travail avec les gens, d’entendre des questions, des commentaires… Ce serait un rapport un peu bizarre »
https://www.actualitte.com/article/bd-manga-comics/payer-les-dedicaces-je-trouve-cela-presque-contre-nature-jacques-glenat/95620

5Enfin, pour terminer, on lira cette longue note explicative d’un organisateur de salon, assez impoliment resté anonyme, qui, s’il éclaire la question, n’a clairement pas compris que toutes ces justifications ne changeaient rien à la réalité du sort des auteurs :
https://www.actualitte.com/article/tribunes/interroger-la-remuneration-des-dedicaces-des-questions-aux-reponses/95541

L’année de la BD… pas celle de ses auteurs

L’année de la BD sans les auteurs de BD, ce serait cocasse, non ?

Je suis assez remonté, je ne vais pas vous le cacher. Avant de vous expliquer pourquoi, il est nécessaire de faire un petit rappel historique, très incomplet, mais très significatif (vous pouvez cliquer sur les dates pour en savoir plus) :

  • Juin 2014 : annonce d’une violente hausse des cotisations de notre retraite complémentaire (le RAAP). Mobilisation des auteurs de BD.
  • Octobre 2014 : débrayage et grande assemblée générale organisée à St-Malo par le Groupement des Auteurs de Bande dessinée (SNAC)
  • Octobre 2014 : annonce à l’AG de St-Malo de la création des États Généraux de la Bande Dessinée (EGBD)
  • Janvier 2015 : grande manifestation des auteurs pendant le festival d’Angoulême, organisée par le SNAC
  • Janvier 2015 : première session des EGBD pendant le même festival d’Angoulême
  • Janvier 2016 : remise de l’enquête auteurs des EGBD : 1500 réponses, et confirmation de la précarisation des auteurs : la moitié des professionnels sont sous le SMIC !
  • Septembre 2016 : premières rencontres nationales de la bande dessinée à la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image : « La bande dessinée au tournant »
  • Janvier 2017 : convention de partenariat triennale entre la CIté et les EGBD. Le directeur de la cité, Pierre Lungheretti, s’empare du sujet.
  • Septembre 2017 : les auteurs de BD s’aperçoivent que la hausse de la CSG n’est pas compensée pour les artistes-auteurs ! Je rencontre Françoise Nyssen, alors ministre de la culture, à ce sujet. Promesses.
  • Janvier 2018 : la ministre confie à Pierre Lungheretti une mission de réflexion sur la politique nationale en faveur de la bande dessinée. Enfin !
  • Fin 2018 : les organisations d’auteurs découvrent que la réforme universelle des retraites pourrait tourner au cauchemar pour les auteurs au moment où une mesure “de soutien” bricolée vient enfin compenser la hausse de la CSG…
  • Janvier 2019 : remise du rapport Lungheretti. Beaucoup de propositions. Le nouveau ministre de la Culture, Franck Riester, décide d’en adopter de suite une : 2020 est déclarée année de la BD. Super, on avance !
Franck Riester, Ministre de la Culture, Pierre Lungheretti, directeur général de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image d’Angoulême, et votre serviteur, présent en tant que vice-président de la Ligue des auteurs professionnels, coordinateur général des États Généraux de la Bande Dessinée et pilote au SNAC BD.

Résumé : l’année de la BD n’existe donc que parce que les auteurs se sont mobilisés contre la dégradation de leurs rémunérations et la hausse conjointe de leurs cotisations sociales et qu’ils ont enfin réussi à faire entendre qu’il y a un vrai danger pour l’avenir de la BD au Ministère de la Culture.

Alors comment est-il possible que le pilotage de l’année de la BD fasse comme si les auteurs et leur condition sociale et économique n’était même pas un sujet ? Malgré les recommandations très claires que les EGBD et le SNAC BD ont fait au groupe de travail ? Alors que ça devrait être au centre des préoccupations ?

Le Centre national du livre – rencontres, lectures, actualités mais aussi le Syndicat National de l’Édition pensent-il vraiment que les auteurs vont regarder en souriant le petit business de la BD s’autocongratuler sur la santé de la BD pendant un an ? Que les auteurs vont avoir à cœur de venir encore une fois faire de la promotion gratuitement ? Comme si de rien n’était ?

Franchement, moi qui suis sur le pont à défendre les auteurs jour après jour depuis toutes ces longues années, j’hallucine totalement ! Comment peut-on afficher un tel mépris pour les auteurs et leurs difficultés ? Et si ce n’est pas du mépris, qu’est-ce que c’est ? Va-t-on finalement nous dire qu’on a manqué d’attention ? Qu’on a juste, c’est ballot, oublié comment on en était arrivé à cette année de la BD ?

La part et la peur des auteurs

J’avais dessiné l’année dernière la Marianne marchant négligemment sur les auteurs pour illustrer nos États généraux du livre. Malheureusement, elle reste d’actualité, vu que l’État, après nous avoir oublié pour la hausse de la CSG (elle ne sera définitivement compensée qu’en 2020) nous fait maintenant très peur avec la réforme universelle des retraites qui pourrait être explosive pour les auteurs.

Le tome 2 des États généraux du livre portait cette année sur le partage de la valeur. En effet, beaucoup l’ignorent, mais la plupart des auteurs ne gagnent qu’une part très faible du prix de vente d’un livre, en général 8% du prix hors taxe. En Bande Dessinée, s’il y a un scénariste et un dessinateur, c’est donc 4% pour chacun… Dans l’édition jeunesse, les co-auteurs se partagent souvent seulement 5%… Qui dit moins ?

Lorsque le Conseil permanent des écrivains (CPE) qui réunit l’ensemble des organisations d’auteurs du livre m’a demandé de remettre le couvert, j’ai un peu cherché un angle. Puis, m’est revenu en tête notre première cession des États Généraux de la Bande Dessinée en 2015 où le président du RAAP, la retraite complémentaire des auteurs, avait tenté de défendre une réforme qui ne passait pas du tout. Il avait, entre autres choses, projeté un camembert de la répartition de la valeur dans la chaîne du livre, expliquant à un parterre d’auteurs et d’éditeurs comment marchait leur secteur. Suite à ça, les petits surnoms affectueux avaient fleuris, dont celui de « roi du camembert ».

Je suis donc parti sur l’idée du camembert. Ça tombe bien, moi aussi j’adore le camembert, je milite même pour sa défense comme les habitués de ce blog le savent. Plus sérieusement, le camembert, permet d’évoquer la répartition de la valeur, en particulier la faible part de l’auteur. Mais il permet d’évoquer aussi le côté petit producteur exploité de l’auteur. Pour insister sur nos difficultés actuelles, j’ai montré la part de l’auteur renversée et en train de couler :

J’ai envoyé, mais, là, retour gêné de mes amis du CPE : Ils trouvaient l’image trop déprimante, voire qu’elle donnait une impression de puanteur. Je confirme, c’était aussi le but visé : je trouve que la situation pue, et pas qu’un peu, et pas que pour les auteurs. J’avais essayé de faire une image caustique, mais même avec humour, une partie des autres organisations du livre trouvait ça déjà trop grinçant. Soit, je repartis à la recherche d’une autre idée.

Il fallait quand même bien évoquer cette part trop faible des auteurs, d’autant plus qu’on avait décidé entre temps de mettre en avant une revendication simple pour porter ces États généraux du livre : demander 10% de droit d’auteurs minimum. Histoire que les auteurs aient quand même droit à une part minimum du gâteau. Part du gâteau… part du gâteau… Mais, oui, là on n’allait pas me dire que ça puait ! La causticité restait là, avec un petit côté tout le monde est à la fête, mais celui qui en est à l’origine ne risque pas de faire d’abus de sucre…

Le CPE trouvant cela parfait, je me fis vite une raison, le principal était que le message passe, quitte à l’atténuer un peu.

Et pourtant, même un savoureux gâteau semble être une arme de destruction massive.. Le CPE avait demandé de pouvoir annoncer le tome 2 des États généraux du Livre sur le stand du Centre national du Livre (CNL) lors du salon Livre Paris.  Pour prolonger mon image, les représentantes de la SGDL et de la Charte avaient proposé qu’on partage sur le stand CNL un vrai gâteau avec le public, un gâteau qu’on aurait commandé identique à mon dessin. L’idée, à la fois gentiment revendicative mais surtout conviviale, avait séduit le CPE… mais pas le président du CNL, Vincent Monadé, qui nous l’interdit donc formellement. C’est dans ce genre de moment qu’on sait que même l’ensemble des organisations d’auteurs du livre réunies ne pèsent rien face à la crainte qu’ont certains de la réaction des éditeurs. C’est dans ce genre de moment qu’on comprend qu’il va falloir se montrer plus dur et revendicatif, car autrement la situation ne pourra que continuer à se dégrader.

Ultime rebondissement de ce feuilleton, j’ai finalement réutilisé le camembert que j’avais fait au début. C’est la Ligue des auteurs professionnels qui en a hérité pour son premier Rendez-vous.

À la Ligue, ce genre d’image ne fait peur à personne. Peut-être parce que ceux qui l’ont fondée ont décidé d’arrêter d’avoir peur et au contraire de combattre la catastrophe en cours. En effet, nous avons pleinement conscience que si les choses n’évoluent pas rapidement pour rééquilibrer la chaîne du livre en faveur des auteurs,  alors ce sont les auteurs professionnels qui vont disparaître. Cela entrainera une crise de toute la chaîne du livre. La question de la répartition de la valeur laissera alors place à celle de l’effondrement de la valeur pour tous les acteurs la chaîne du livre, éditeurs, diffuseurs, libraires… N’ayons pas peur de le dire : renforcer la part des auteurs aujourd’hui, c’est sauver le livre de demain.

Pour terminer, je précise que je ne suis pas payé pour ce travail, contrairement à toutes les revendications que nous avons sur le paiement de tout travail. Mais mon engagement social en faveur des auteurs s’est fait bénévolement jusqu’à maintenant, je ne vois pas trop pourquoi, là, ce n’aurait pas été le cas. Vous avez aussi peut-être remarqué que, sans me cacher d’avoir fait ces dessins pour le CPE ou la Ligue, je ne les ai pas signés. Il y a une seule raison à ça : j’ai cherché à faire des images les plus simples possibles, à la limite du logo, et la présence de ma signature ne ferait qu’en compliquer inutilement la lecture. Et puis, soyons clair, je n’ai pas dessiné pour exprimer mon sentiment personnel, mais pour porter un message collectif des auteurs, autrices et artistes : c’est donc tous et toutes qui signent.

Un métier génial ?

C’est quoi ces auteurs et ces artistes qui se plaignent encore ? Tout le monde a des augmentations de charges, non ?!

C’est sûr, mais pas de cette ampleur… Car si la réforme de la retraite universelle passe sans ménagement, un auteur gagnant l’équivalent d’une fois et demi le SMIC brut aura vu ses cotisations obligatoires passer de 16,6% à plus de 36% entre 2004 et 2025… des cotisations multipliées par plus de deux ! 20% de baisse de pouvoir d’achat rien que par la hausse des cotisations sociales !

Lorsque, auteurs et artistes, nous osons nous plaindre, beaucoup pensent que nous avons déjà la chance de faire un métier génial. Ce qu’ils ne comprennent pas, c’est que si nous ne demandons pas à être riches, nous demandons juste à pouvoir gagner assez pour pouvoir continuer à faire ce métier génial, justement.

Je pense que beaucoup ne réalisent pas que ce “gagner assez pour pouvoir continuer à faire ce métier”, c’est gagner le plus souvent bien moins que le SMIC, et trop souvent vivre sous le seuil de pauvreté. Quand un auteur pense “bien gagner sa vie”, wow, l’extase, c’est qu’il arrive enfin à gagner l’équivalent d’un SMIC… Bref, il faut bien comprendre que les quelques auteurs à succès sont les sequoias qui cachent une forêt de brindilles fragiles.

Aujourd’hui, entre crise et hausses de cotisations sociales, de plus en plus d’auteurs passent, année après année, sous le minimum vital de revenus… et doivent donc arrêter de faire ce métier. Alors justifier de ne pas se soucier des auteurs parce qu’ils font un métier génial, c’est juste faire qu’ils ne feront plus ce métier du tout.

Vous êtes prévenus.

 


Si vous voulez aider les auteurs et artistes, nous vous proposons d’écrire à vos parlementaires. C’est très simple ça prendra 5 minutes de votre vie, tout est expliqué ici :