Confusion & point Godwin

L’ambiance est totalement à la confusion en ce moment. Mais totalement.

Ce matin, je vois des amis, qui sont tous sauf des idiots, s’offusquer d’un article titrant : « Emmanuel Macron : Je souhaite la suppression de la Cour de justice de la République »1. Et de commenter sur Facebook : « Les premiers pas vers une vraie dictature. J’espère me tromper. » ou bien « Mais oui, bien évidemment ! La prochaine étape, il se laisse pousser la moustache, mais une toute petite hein, juste en dessous du nez… »

Précisons, déjà, que c’est un article de 2017, présentant une annonce faite devant le Congrès. Pourquoi réapparait-il soudainement sur les réseaux sociaux, commenté comme si c’était une déclaration récente ?

Mais surtout, on présente comme un pas vers la dictature un projet qui allait au contraire faire redevenir les membres du gouvernement des justiciables comme les autres. En effet, la Cours de justice de la République, c’est une juridiction d’exception qui a été créée par les politiques pour être sûr que seuls les politiques jugeront les politiques au pouvoir. La Cours de justice de la République c’est 12 parlementaires et seulement 3 juges qui s’occupent de rendre la justice concernant les actes des membres du gouvernement. La supprimer est donc une très bonne nouvelle, ça veut dire que ce sera enfin la justice commune et indépendante qui jugera les actes des ministres au pouvoir, et non d’autres politiques avec tous les risques de justice de classe qui vont avec.

La mauvaise nouvelle, c’est que ce discours a deux ans. Un projet de révision constitutionnelle a pourtant été à deux doigts de passer. Même si ce projet de loi mettait encore des limites (filtrage des plaintes, cours d’appel), c’était donc un vrai progrès démocratique2.

Et boum, affaire Benalla. Grosse tension entre Sénat et majorité, et report du projet. On n’en a pas vraiment entendu reparler depuis. Et on peut se demander si le gouvernement a toujours autant envie de rogner sa protection juridique vu le climat actuel…

Ce petit exemple pour montrer à quel point l’ambiance est totalement à la confusion en ce moment. Tout le monde saute sur la moindre miette pour traiter l’autre de facho. Quitte à être totalement à côté de la plaque, à tirer tout dans son sens, à dire des contrevérités, voire à se tirer même des balles dans le pied.

Et je dis bien tout le monde, car c’est hélas une mauvaise habitude prise par tous les camps : en gros, le peuple est populiste donc fasciste, le pouvoir est policier donc fasciste, les écolos c’est la dictature verte donc des fascistes, les capitalistes c’est les alliés objectifs des fascistes, les pro-Europe sont libre-échangistes, donc capitalistes, donc fascistes, les anti euro, même de gauche, sont nationalistes donc fascistes, les religions sont évidemment fascistes, les médias et les réseaux sociaux sont fascistes à tour de rôle… sans parler de tous ceux qui se taisent qui sont bien sûr complices des fascistes.

Il est vraiment urgent que tout le monde se calme un peu. Il y a urgence à sortir du point Godwin et de l’insulte permanente. Car si tout le monde veut la guerre civile, on va l’avoir. Et quand notre démocratie, toute imparfaite qu’elle soit, sera vraiment en ruines, qui prendra le pouvoir ?

Oups, j’allais écrire « les fascistes ».

Notes

Publié le Catégories
Partager Google+ LinkedIn