Manifestons-nous !

La démocratie est un bien commun fragile. Il faut des longues années de luttes, et souvent de nombreuses victimes, pour obtenir des droits qui semblent pourtant relever de la plus grande banalité quelques décennies après. Hélas, il faut beaucoup moins de temps pour perdre ces droits.

Le pouvoir, quel qu’il soit, aime le pouvoir. Il a toujours tendance à vouloir le conserver voire à l’accroitre. Plus il est faible, plus il est incompétent, plus il devient paranoïaque, plus il ne lui reste que l’usage du pouvoir pour prouver qu’il a le pouvoir. Une des plus vieilles méthodes du pouvoir pour détourner le regard de ses buts réels, de ses turpitudes ou de son incompétence est de designer des boucs émissaires. Il est très facile, hélas, d’instrumentaliser la peur d’un ennemi extérieur ou intérieur, réel ou supposé. Plus la menace est forte, qu’elle soit vraie ou non, plus un pouvoir obtient de suspendre l’état de droit, plus il peut renforcer son propre pouvoir.

Il y un an, une enquête d’Amnesty dénonçait les atteintes au droit de manifester en France sous le précédent gouvernement. Aujourd’hui on découvre que des sbires employés à l’Élysée et dans le parti du nouveau président, portant brassards et insignes de police en toute illégalité, se permettaient de jouer au petit milicien pendant la manifestation du 1er mai sans qu’un seul policier autour d’eux ne pense à les en empêcher.

Le droit de manifester est déjà sévèrement contrôlé par la loi en France. Aujourd’hui, comme le montrait l’enquête d’Amnesty, il est réprimé dans les faits. En instrumentalisant les lois anti-terroristes. En utilisant le moindre prétexte pour avoir un recours excessif à l’usage de la force. En s’en prenant aux journalistes qui auraient la mauvaise idée de vouloir rapporter ses violences. Ces débordements sont tellement entrés dans les mœurs du pouvoir que maintenant il lui semble presque normal que ses petits copains aillent se défouler sur les manifestants.

La démocratie est un bien commun fragile. J’ai déjà plusieurs fois écrit contre l’état d’urgence permanent, maintenant, hélas, inscrit dans nos lois. Si, par dessus, nos gouvernements successifs arrivent dans les faits à réduire le droit de manifester, il ne faut pas douter qu’ils s’en prendront ensuite au droit de grève, à l’indépendance de la justice, à la liberté d’expression, s’ils n’ont pas déjà commencé…

La démocratie est un bien commun fragile. Il va falloir maintenant que, nous, démocrates, nous défendions le droit de manifester. Il va falloir que nous allions manifester systématiquement pour le simple fait de renforcer ce droit à manifester. Il va falloir que nous documentions systématiquement les violences. Il va falloir que nous portions systématiquement plainte. Manifestons-nous !

Publié le Catégories
Partager Google+ LinkedIn