Premier festival du livre de Bayeux

Le week-end du 22/23 avril se tiendra “Les passeurs d’encre”, la première édition du festival du livre de la Ville de Bayeux. Une quarantaine d’auteurs de littérature et de bande dessinée seront là pour vous rencontrer dans la belle salle de la Comète, tout près de la gare.

Entre autres nombreuses activités, vous pourrez tout le week-end visiter une petite exposition consacrée à mon travail. Je vous recommande aussi de venir dimanche à 11h à la rencontre de Valérie Mangin qui vous expliquera comment elle écrit ses scénarios. Enfin, à 15h, ce sera à mon tour de vous montrer comment je dessine sur ordinateur. Nous signerons (sans dessin) tous les deux nos livres à ceux qui viendront à ces rencontres. Et aux autres aussi, car nous ne sommes pas méchants 🙂

L’entrée est gratuite, alors venez nombreux soutenir cette première édition du festival du livre de Bayeux, c’est important, sa pérennité en dépend !

Salon du Livre de Paris 2017

Je serais au Salon du Livre de Paris le vendredi 24 mars 2017.

De 14h à 15h, je participerai à la table ronde “L’auteur et le traducteur, demain” proposée par le Centre National du Livre. J’y évoquerai bien sûr les mutations actuelles des métiers et des pratiques des auteurs de Bande Dessinée.

De 15h30 à 17h, je signerai mes livres sur le Stand Casterman BD. Sans dessin, comme à mon habitude, mais avec conversations enthousiastes. Je me fais très rare sur Paris, alors ne manquez pas cette occasion !

L’auteur et le traducteur, demain

Quel sera le statut de l’auteur dans 20 ans ? Comment évoluera la cartographie juridique, économique et sociale des auteurs ? Quels seront les changements et les invariants de la création ? La place de l’auteur ? Avec Denis Bajram, scénariste et dessinateur de bande dessinée, Jörn Cambreleng, traducteur et directeur du Collège International des Traducteurs Littéraires, Marie Sellier, écrivaine, présidente de la Société des Gens de Lettres.

Stand CNL (F68)

Foire du Livre de Bruxelles 2017

Je serai à la Foire du Livre de Bruxelles cette année. Ne manquez pas la rencontre dessinée au palais des imaginaires, le samedi 11 mars de 13h45 à 14h15. Je signerai aussi mes livres (sans dessin comme d’habitude) sur le stand Casterman BD le vendredi 10 et le samedi 11 mars de 16h à 17h30. Amis lecteurs, venez avec vos questions, je serai là pour ça !

Angoulême 2017

Chers lecteurs, je signerai (sans dessin) sur le stand Casterman BD lors du festival d’Angoulême 2017 :

– le jeudi de 14h30 à 16h30
– le vendredi de 15h30 à 17h00
– le samedi de 16h00 à 18h00

Comme je ne ferai donc que de simples signatures, n’hésitez pas à venir avec vos sujets de conversations favoris, on aura le temps !

Enfin je vous attends samedi matin à 11h pour la rencontre organisée par les États Généraux de la Bande Dessinée au CIBDI, salle Nemo, rue de Cognac. On y parlera du sort des auteurs moins chanceux que votre serviteur.

 

D’après l’affiche d’Hermann

Des monstres à Bayeux

Nous faisons “les monstres” en une du cahier “Bayeux” du journal Le Bessin Libre de cette semaine. Merci à Frédéric Oblin ! Et, chers voisins du Bessin, n’oubliez pas de venir ce vendredi 2 décembre à la Librairie Metropolis pour une rencontre “monstrueuse” 🙂

ps: Je signerai, mais ne ferai pas dessin, je viens pour vous rencontrer et non vous mettre en file d’attente.

Toulouse Game Show 2015

Ce week-end, je suis invité au TGS, le Toulouse Game Show, un gros salon consacré à toute la culture geek et pop.

Le samedi de 13h45 à 14h30, je ferai une  sur ma manière de dessiner en numérique.
Le dimanche de 13h30 à 14h15 l’excellent Paul Renaud animera une rencontre consacrée à mon travail.
En dehors de ces horaires, je passerai à la librairie signer mes albums (sans dessin comme d’habitude).

Enfin, et surtout, je viens pour rencontrer mes lecteurs, donc n’hésitez pas à saisir la moindre occasion pour discuter avec moi. Venez nombreux, qu’on rigole à nouveau un peu !

Utopiales 2015

Science-fiction à Nantes

Les Utopiales, c’est l’incontournable festival de la science-fiction, de l’imaginaire et de la science qui a lieu tous les ans à Nantes. Expositions, rencontres, conférences, ateliers, librairie géante, belle sélection cinéma, cosplay… Les Utopiales, c’est la semaine prochaine, et j’y serai avec plaisir, comme à chaque fois !

En particulier, cette année, ne ratez surtout pas la grande exposition consacrée au génial illustrateur Manchu​, ni celle des 20 ans de la collection Série B que nous prépare Fred Blanchard​.

Je serai, quant à moi, mis à contribution pour un gros workshop ou je montrerai et expliquerai comment et pourquoi je dessine en numérique (sur la grande scène centrale; le vendredi 30 octobre à 20h). Je participerai aussi à deux tables rondes, De l’avenir faisons table-rase : et si le futur était finalement impensable ? (jeudi 29 à 15h) et Univers parallèles et multivers : de la science-fiction à la science (vendredi 30 à 10h). Surtout, comme je ne dédicace toujours pas, je serai disponible dans le lieu pour tous ceux qui souhaiteraient discuter (et avoir une petite signature sur leurs livres). Alors, n’hésitez surtout pas à m’aborder !

PS : Et une interview de Roland Lehouc, l’excellent astrophysicien qui préside les Utopiales : Libération

Festival de Darnétal 2015

Invité d’honneur

Le week-end des 26 et 27 septembre a lieu le festival de référence en Normandie, à Darnétal, près de Rouen.

J’ai le plaisir d’en être, cette année, l’invité d’honneur. En plus de faire l’affiche, on me consacre donc deux expositions, une à Darnétal même, visible seulement deux jours, consacrée à Trois Christs et à la vingtaine de planches de Quaterback (un projet avorté montré pour la première fois). Le plat de résistance se trouve, lui, au Conseil Régional de Haute Normandie à Rouen, avec plus de 160 planches, dont beaucoup d’Universal War, mais aussi du Cryozone, des dessins d’enfances, des projets divers, des peintures, des objets, le tout exposé du 18 septembre au 10 octobre.

Ne dédicaçant pas, comme à mon habitude, je serai disponible ces deux jours pour discuter avec vous. Notez particulièrement les rendez-vous du samedi et dimanche à 15h où je vous montrerai comment je dessine et fais de la BD sur ordinateur, et celui du samedi à 17h pour un débat sur les problématiques actuelles des métiers de la Bande Dessinée.

Venez nombreux à Darnétal, c’est l’occasion de se rencontrer !

20e Rendez-vous de la Bande Dessinée d’Amiens 2015

Mon programme au Rendez-vous de la Bande Dessinée d’Amiens le 6 et 7 juin 2015. Je vous attends chers lecteurs (et même chers pas lecteurs).

Sur les Rendez-Vous de la Bande Dessinée d’Amiens, il a toujours été entendu que l’auteur était au cœur du projet. À chacun de choisir sa façon d’être en relation avec le public, à nous de l’accompagner.

Prenons Denis Bajram, par exemple. Comment pourra-t-on le rencontrer, le voir, parler avec lui sur les 20es Rendez-Vous ?

Samedi de 15h à 16h, il animera une rencontre avec le public dans La Fabrique de la bande dessinée, au 1er étage de la Bibliothèque Universitaire. De la bande dessinée en train de se faire, un public spectateur et acteur (voir l’onglet dédié « Les rencontres sur le festival » sur le menu principal des 20es Rendez-Vous).

Ensuite, à 16h30, rencontre – discussion d’une heure avec lui, pour ceux qui souhaitent échanger avec l’auteur d’UW2 autour d’un verre, à la cafétéria du Crous.

À 18h, débat–rencontre avec Denis Bajram, Kris, Claude Gendrot (éditeur) et bien d’autres auteurs, au sein de l’espace de la Fabrique, sur le thème « Auteur de bande dessinée, un métier, oui, mais pour combien de temps ? »

Dimanche à 15h, nouvelle rencontre – discussion d’une heure avec lui, pour ceux qui souhaitent échanger avec l’auteur de Trois Christs autour d’un verre, à la cafétéria du Crous.

A l’issue des rencontres à la cafétéria, Denis Bajram remettra à ceux qui auront été sages un petit collector réalisé pour l’occasion (voir ci-dessous) et signera leur albums (signature seule, n’est-ce pas, sans dessin).

Les dédicaces contre la BD

Pourquoi j’ai arrêté de dédicacer

Je vais rebondir sur l’actuelle controverse sur la rémunération des auteurs de BD en dédicace. En pleine précarisation des revenus, on cherche des ressources partout, c’est compréhensible. Mais cela me questionne. J’ai l’impression que le problème est bien plus profond…

J’ai arrêté de dédicacer en 2006. Totalement. Je ne fais plus que des conférences, ateliers, démonstrations, parfois suivis d’une rare séance de signatures. J’ai pu le faire car je suis arrivé à un niveau de notoriété suffisant pour cela. Je sais que c’est une décision que toute le monde ne peut pas prendre, loin s’en faut.

Je n’ai pas arrêté de dédicacer parce que je n’étais pas payé. Ou parce que j’y perdais beaucoup de temps. Ou parce qu’on revendait mes dessins sur ebay. Ou parce que les incivilités dans les files d’attente me mettaient hors de moi. Ou parce qu’il me paraissait sidérant de voir des gens faire la queue des heures pour mes dessins les plus vite faits de l’année. Ou parce que je ne rencontrais plus mes lecteurs mais que des maniaques de la dédicace. Tous ces problèmes ont participé à ma décision, mais n’en sont pas la raison fondamentale.

Non. J’ai arrêté parce que je suis inquiet de voir les auteurs ne se montrer quasiment que sous le seul jour de la dédicace. Malgré toute la bonne volonté des quelques festivals qui ont un vrai programme culturel. Quand on entre dans une manifestation BD, on ne voit que des files de gens, cachant les auteurs qui, si on arrive enfin à les approcher, s’avèrent avoir la tête baissée sur leur dessin. Passionnant, des zombies devant des fantômes…

La plupart des manifestations ne sont pas des festivals de BD, mais des festivals de dessin orignal rapide sur page de garde. Une illusion de rencontre, alors que ce ne sont que des usines à faire ces petits originaux. Une machine à faire disparaître la BD et ses auteurs derrière ces petits dessins qui ne sont en rien de la BD. Car la BD, ce n’est pas ça. La BD, c’est du dessin qui demande, pour la plupart des auteurs, un bien plus long travail. La BD c’est surtout une narration qui nécessite au moins deux dessins contigus pour exister. La BD, c’est raconter. Un album de BD, ce n’est donc pas juste un écrin pour mettre un petit dessin original.

Pour résumer, la dédicace a écrasé toute autre sorte de représentation en public des auteurs de BD alors qu’elle n’a plus rien à voir avec notre art et nos pratiques. Je suis donc devenu un militant de la cause « anti-dédicace ». Qu’on remette cette pratique à sa place. Que lorsque l’on rentre dans un festival, on voit en premier des conférences, des expositions, des auteurs qui échangent avec leur lecteurs. Et que les séances de signatures ou de dédicaces ne soient que de lointains satellites des vraies rencontres autour de la vraie BD.