Rien n’est pur, et alors ?

Il faut craindre que tout ce qui atteint une notoriété dans notre société l’atteint parce qu’il a été instrumentalisé à un moment ou un autre par le capital.

Ce matin, nous avons eu une discussion entre amis sur qui exploiterait l’engagement sincère de Greta Thunberg. Sans aller jusqu’à soupçonner une manipulation initiale, on peut s’interroger sur qui et quoi l’a amenée à une telle notoriété mondiale. Normalement la plupart des idées différentes, la plupart des colères sont invisibles. Celles que nous voyons apparaître au grand jour dans un système consumériste capitaliste le sont parce qu’elles ont été transformées en produit de consommation et en objet de mode. Même quand on est totalement contre le système consumériste capitaliste, on n’est pas à l’abri, il suffit de voir que Che Guevara a fini par devenir une icône pour t-shirts ou portefeuilles…

Encore récemment on a vu BFM et consort faire leur beurre avec les gilets jaunes, dans une danse savante, à moitié haine des uns pour les autres, et à moitié amour de tous pour l’audience… Et on se demande déjà si la colère des oubliés n’est pas en train de (re)devenir une marchandise comme les autres pour les politiques et les chroniqueurs en mal d’inspiration…

Bref, tout ce qui est visible l’est parce que certains acteurs du système consumériste capitaliste sont déjà en train d’essayer d’en tirer profit. Quasiment rien n’arrive à nos yeux et nos oreilles en restant pur. Mais décrédibiliser tout combat au nom d’une pureté impossible, quelle que soit la qualité du discours ou du projet initial, quelles que soient ses conséquences réelles contre le système, c’est vraiment le meilleur moyen d’être sûr que rien ne changera. À un moment les « je ne suis pas dupe » ressemblent à des « je suis complice par inaction ».

 

Publié le Catégories
Commenter Partager Google+ LinkedIn