La Marche des auteurs

Modeste et courageuse

Une grande majorité des auteurs présents ont défilé ce samedi 31 janvier 2015 pendant le Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême. Les célèbres avec les inconnus, les quelques auteurs de best-sellers apportant leur soutien aux plus pauvres, tous là pour dire stop à la précarisation de leurs métiers. Ils ont marché en compagnie de tous ceux qui le voulaient, lecteurs, éditeurs, libraires…

Photo © Chloé Vollmer-Lo

Ce fut souvent très drôle, le premier rang proposant aux nombreux journalistes présents un petit jeu sur la recherche d’un slogan. Nous affichions volontairement notre inexpérience dans la contestation sociale. Nous essayions sans doute aussi de dépasser notre gêne d’être là, pour la première fois de notre histoire, à déranger les gens avec nos problèmes. Car jamais les auteurs n’avaient manifesté. Jamais nous ne nous étions plaint en public. Jamais nous n’avions demandé un peu d’aide. Et encore, juste, de l’aide pour ne pas nous faire massacrer par un prélèvement social de plus… enfin, pas tout de suite… enfin, d’accord, mais avec un peu de modération en nous laissant le temps de nous y préparer…

Si vous aimez la Bande Dessinée, n’oubliez pas d’aimer ses auteurs. Surtout ceux qu’on n’entend jamais. Ce sont pour la plupart des gens modestes, qui ne demandent pas grand chose, et craignent souvent de déranger. Aujourd’hui, ils sont en colère car ils ont peur de disparaître, et pour la première fois de leur histoire ils osent contester ce qui leur arrive. Vous qui aimez la Bande Dessinée, répandez vous partout, parlez de la discrétion habituelle de ces gens qui ont souvent tant de mal à vivre de leur art, mais continuent parce qu’il croient que ce 9e Art en vaut le coup. Parlez de leur sens de la solidarité alors que peu sont épargnés par la crise. Et enfin, mouchez le nez des commentateurs et des trolls qui partout parlent comme si le petit peuple de la Bande Dessinée n’était constitué que de privilégiés. Faites-le pour eux, car ses auteurs ont hélas souvent trop de décence et pour le faire eux-mêmes.

Quant à nous, les auteurs qui ont du succès, ou qui ont accès aux médias, ou qui ont du courage à revendre, ou qui n’ont même que des grandes gueules à ouvrir, nous ne lâcherons pas. Nous ne sommes pas des survivors qui vont accepter qu’on écrase leurs amis plus modestes. Même si les ricaneurs ricanent, les persifleurs persiflent, les défaitistes défaitisent, les snobs snobisent et les jaloux jalousent. Nous montrerons à tous ces tristes sires qu’ils se trompent. En tout cas, moi, c’est en cette humanité modeste et courageuse à la fois que je crois.

Un grand merci au syndicat SNAC BD pour la superbe organisation de cette Marche des auteurs.

Publié le Catégories
Partager Google+ LinkedIn