Intégrale Universal War One

Amis libraires et amis lecteurs, j’ai une très bonne nouvelle : l’intégrale Universal War One est de retour aux côtés de l’édition courante en six tomes. Je suis sûr qu’en particulier les libraires seront heureux de l’avoir en cette période de fêtes après de longues années d’absence.

On me la réclamait souvent, mais elle n’était plus éditée à cause de petites chamailleries contractuelles entre moi et mon cher éditeur (aaaaaah, les vieux couples). Mais nous avons trouvé un accord satisfaisant pour les deux parties (merci à Patrice pour ses bons offices). Bref, je ne saurais trop vous recommander de passer vite vos commandes si ce n’est déjà fait, car après une aussi longue pénurie, il se pourrait que cette nouvelle réédition se fasse un peu dévaliser.

[EDIT] On m’apprend que cette intégrale ne sera disponible à la commande que dans quelques jour. Ça ne devrait tarder, j’ai reçu mes exemplaires. C’est une réimpression 2017 de l’édition de 2014, ISBN 978-2-30203-778-6.

Le temps dans Universal War One

Photo ActuSF

J’ai eu le plaisir de partager une table ronde sur “Le temps dans Universal War One” avec Roland Lehoucq.

Pour ceux qui ne le connaîtraient pas encore, Roland est astrophysicien, spécialiste en particulier de la topologie cosmique. Normalien, agrégé de physique, il travaille au Commissariat à l’énergie atomique à Saclay. Professeur de relativité restreinte et d’astrophysique stellaire à Polytechnique, professeur d’Humanités scientifiques à Sciences Po Paris, c’est aussi grand passeur de science auprès du grand public, comme le prouve ses nombreux ouvrages de vulgarisation tel que son “Faire de la science avec Star Wars”. Roland est aussi le président des Utopiales depuis 2012. Et surtout, il est aussi sympathique qu’il est passionné. Bref, je ne vais pas cacher que j’ai plus que de l’admiration pour lui ! Il m’a donc vraiment fait très plaisir en me proposant cette “Interro surprise”.

Voici la session de rattrapage pour ceux qui n’étaient pas Utopiales, ou ceux qui n’ont pas pu rentrer dans la salle de conférence pleine à ras bord. Et merci à Actusf de nous proposer ainsi d’écouter ou réécouter les conférences et tables rondes de ce formidable festival. Bonne écoute !

Photo Marie Masson

Utopiales 2017

Le programme des Utopiales Nantes 2017 est en ligne. En ce qui me concerne, je serai bien sûr présent comme auteur, mais aussi pour la première fois comme modérateur de tables rondes. En effet, j’avais envie de m’impliquer afin de mettre en avant mes confrères et leurs talents ! J’espère que ça fera plaisir en particulier aux auteurs de BD Mathieu Bablet, Jerry Frissen et Valentin Sécher 🙂

 

Voici donc le programme qui me concerne :


INTERRO SURPRISE : LE TEMPS DANS UNIVERSAL WAR ONE
Mercredi 1er novembre – 15h00 – Agora Hal

Denis Bajram a déclaré : « Le continuum espace-temps est un tout cohérent : le temps y est la conséquence de tous les voyages qui y ont lieu et qui y auront lieu un jour. […] les héros d’UW1 n’ont pas modifié l’Histoire : ils ont leur propre histoire de tout temps. Si leurs actes avaient été différents, l’Histoire aurait toujours été différente de tout temps. »

Regards croisés entre la physique et la création.
Avec : Roland Lehoucq, Denis Bajram


LE TEMPS EN BD
Mercredi 1er novembre – 16h00 – Scène Shayol

Selon Scott Mac Cloud, il y a toute une part d’art invisible dans la bande dessinée qui échappe au lecteur. Comment gérer la temporalité de l’action ? Comment rendre signifiant temporellement l’espace entre les cases ou leur organisation ? L’ellipse de la bande dessinée ne serait-elle pas une autre représentation discrète du voyage spatio-temporel ?

Avec : Valérie Mangin, Denis Bajram, Yoann, Grégory Panaccione, Giorgio Albertini – Modération : Gilles Francescano


LES MÉTA-BARONS, UNE BD GÉNÉRATIONNELLE
Jeudi 2 novembre – 13h00 – Scène Hetzel

Trente-sept ans que le premier tome de l’Incal, scénarisé par Jodorowsky et dessiné par Mœbius, est paru et que cette série mythique a accouché d’une autre série : les Méta-Barons. Également née sous la plume de Jodorowsky, elle est désormais reprise par Frissen et Sécher. Comment se glisse-t-on dans une aventure aussi longue ?

Avec : Jerry Frissen, Valentin Sécher – Modération : Denis Bajram


ANNIVERSAIRE DE LA RÉVOLUTION D’OCTOBRE
Jeudi 2 novembre – 14h00 – Scène Hetzel

Le 25 septembre 1917, le croiseur Aurore tire à blanc le premier coup de canon de la Révolution d’octobre. Ce qui suivra changera la face du monde. Quarante ans plus tard, Spoutnik 2 quitte la Terre et emporte Laïka dans son voyage sans retour. Parallèlement, l’essor de l’imaginaire science-fictif soviétique ne le cède en rien à celui des États-Unis. Et si la science-fiction c’était un peu la révolution ?

Avec : Yann Olivier, Aymeric Seassau, Denis Bajram, Patrice Lajoye – Modération : Xavier Mauméjean


JEUNESSE ET VIEILLISSEMENT DANS LA CRÉATION
Vendredi 3 novembre – 11h00 – Scène Shayol

Dans l’un des derniers James Bond, la « romance » entre Daniel Craig et Monica Bellucci a fait scandale du fait de la grande maturité de Bellucci,
tandis que celle avec Léa Seydoux (18 ans dans le rôle) n’a étonné personne. Outre les différences de traitement par genre, comment le vieillissement est-il représenté dans notre société ? Au cinéma, comme en BD ou dans les romans, comment représente-t-on le passage du temps sur les corps
et les êtres ?

Avec : Ariane Gélinas, Emma Newman, Valérie Mangin, Nabil Ouali, Olivier Bérenval – Modération : Denis Bajram


LE PASSAGE DU TEMPS
Vendredi 3 novembre – 19h00 – Scène Hetzel

« Songez que du haut de ces pyramides quarante siècles vous contemplent ». Ainsi s’adresse le général Bonaparte à ses officiers juste avant la bataille des Pyramides, le 21 juillet 1798, au pied des pyramides de Gizeh. En résistant aux épreuves du temps, les monuments anciens témoignent du passé même s’ils ont sans doute perdu la superbe qui était la leur. C’est
que le passage du temps use et transforme la matière, les créations humaines, les paysages. Comment se mesure-t-il ? Comment se représente-t-il ?

Avec : Valérie L’Hostis, Philippe-Aubert Côté, Denis Bajram, Marion Cuny – Modération : Bénédicte Leclercq


TIME WAR
Samedi 4 novembre – 9h00 – Scène Hetzel

Imaginons les guerres du futur. Les ordinateurs aux commandes pourraient-ils les rendre ridiculement brèves ? Ou mieux, tels les personnages de
Terminator, les soldats du futur ne pourraient-ils se poursuivre dans le temps pour changer chaque fois la face des événements? Et si le temps jouait un rôle primordial dans la guerre du futur?

Avec : Bertrand Campéis, Emmanuel Chiva, Laurent Genefort, Denis Bajram, Olivier Parent – Modération : Sara Doke


QUELLE GÉOPOLITIQUE DANS LA BANDE DESSINÉE D’ANTICIPATION ?
Samedi 4 novembre – 13h00 – Scène Shayol

La science-fiction ne se contente pas de redessiner les conditions sociales ou climatiques, de demain, mais aussi la géographie politique, au sens noble du terme, de l’avenir. Que deviendront les villes ? Ou les espaces périurbains ? Et les campagnes ? Comment habiterons-nous le futur ? Comment en tenir compte ou l’anticiper en bande dessinée ?

Avec : Denis Bajram, Christophe Bec, Alain Musset, Audrey Alwett, Erwann Surcouf – Modération : Lloyd Chery


ADAPTER UNE ŒUVRE EN BANDE DESSINÉE
Dimanche 5 novembre – 13h00 – Scène Shayol

Adapter un roman, changer le support de l’histoire d’origine implique des choix narratifs parfois radicaux et la fidélité pointilleuse n’est pas
forcément la « bonne » solution. De l’Énéide à La Horde du Contrevent, comment adapte-t-on une œuvre littéraire en bande dessinée ? Comment scénaristes et dessinateurs s’emparent-ils de l’univers de l’auteur ?

Avec : Julien Blondel, Aurélien Police, Éric Henninot, Valérie Mangin, Thomas Day – Modération : Denis Bajram


RENCONTRE AVEC MATHIEU BABLET
Dimanche 5 novembre – 15h00 – Scène Shayol

Mathieu Bablet est fan de films d’horreurs et de séries B. Fraîchement diplômé de l’ENAI de Chambéry (Enseignement aux arts appliqués & à l’image), il envoie le dossier de présentation de sa première BD à Ankama Éditions. La Belle Mort, son projet, est immédiatement repéré par Run, qui lui propose de le publier sous son label : 619. À suivre, après Adrastée et à même pas 30 ans, il se lance dans une fresque de science-fiction de plus de 200 pages, d’une beauté à couper le souffle : Shangri-La.

Modération : Denis Bajram

1+2+3+4+5+6+7+8+9+… = -1/12

1+2+3+4+5+6+7+8+9+… = -1/12

Si. Vraiment.

Dans Universal War One, je parle de l’effet Casimir pour expliquer l’anti-gravitation. Le physicien néerlandais Hendrik Casimir a prédit en 1948 un des effets les plus étonnants de la fluctuation quantique du vide. Un effet Casimir qui expliquerait même la gravitation dans la théorie des cordes et des branes. Rien que ça. Et rassurez-vous, j’en ai fini avec les mots compliqués.

Ce qui est amusant, c’est que Hendrik Casimir s’est retrouvé pendant ses calculs avec une addition des entiers jusqu’à l’infini : 1+2+3+4+5+6… etc. On s’attendrait à ce que ça donne un nombre infini, ce qui en physique est souvent très gênant. Mais non, un résultat très simple avait été donné par le grand mathématicien indien Srinivasa Ramanujan :

1+2+3+4+5+6+7+8+9+… = -1/12

Oui, je sais, comment la somme des nombres entiers jusqu’à l’infini peut-il être :
– autre chose qu’infini ? Ou au moins plus grand que le plus grand des chiffres de la somme… bref infini…
– négatif ? Il n’y a que des nombres positifs dans l’addition !?!
– le chiffre inepte de -1/12 soit -0,083333… ????

La démonstration de ce résultat par cette vidéo est à la porté de tout le monde. Je ne peux que vous recommander de lui consacrer un peu de votre temps. Ce sera l’occasion de découvrir l’excellente chaîne youtube Micmaths.

Demain, on s’attaquera à la démonstration de la conjecture de Riemann juste avec des legos

[EDIT] Apparemment, c’est une démonstration approximative. Voir les commentaires.

Exposition : C’est arrivé demain

Je n’ai pas encore eu le plaisir d’aller vérifier de visu, mais tout le monde dit le plus grand bien de la grande exposition C’est arrivé demain que Poitiers consacre à la Bande Dessinée de Science-fiction. Ne serait-ce pour la richesse et la qualité des œuvres présentées, mais aussi au vu du sérieux avec lequel le commissaire d’exposition, Jean-Luc Dorchies, a organisé tout cela, je ne peux que vous recommander d’aller la visiter.

Je tiens à préciser que mon rôle dans l’organisation de cette exposition est très surestimé par l’article qui suit. Je n’ai fait principalement que prêter des originaux de références d’Universal War One.

Des nouvelles d’Hollywood

Des nouvelles du film Universal War One par son producteur Adrian Politowski en direct de West Hollywood, Los Angeles.

Exciting work sessions on film adaptation of Denis Bajram’s epic sci-fi Universal War One (Marvel) with my dear friend and script writing genius Skip Woods. After 2 years, we re almost there!!!

Je traduis à l’arrache pour les non anglophones : « Séances de travail passionnantes sur l’adaptation cinématographique de Universal War One (Marvel), l’épopée de science-fiction de Denis Bajram avec Skip Woods, mon cher ami et génie de l’écriture de scénarios. Après 2 ans, nous y sommes presque !!! »

La grande famille de la pop culture

Captures d’écran
© 2011 Marvel Animation
Film Roman Productions

C’est amusant de voir réapparaitre des éléments d’Universal War dans la pop culture américaine. J’avais déjà repéré quelques inspirations dans Battlestar Galactica, Interstellar et autres, mais ce matin en regardant un épisode du dessin animé The Avengers Earth’s Mightiest Heroes (saison 2 épisode 24), j’ai vu, amusé, un wormhole être ouvert au bord du Soleil par des modules reliés entre eux par des éclairs, un vaisseau y plonger en images décomposées tournantes, bref la fin du tome 1 d’UW1 matinée de celle du tome 6…

Bon, on est en plein au moment où UW1 est publié chez Marvel, ce n’est sans doute pas un hasard. Mais je ne me plains surtout pas, bien au contraire. Ne serait-ce que par ce que mon travail ne sort pas de nul part, je le sais. Par exemple, en revoyant quelques épisodes de Galactica 1978, je m’étais dit que mes vaisseaux Thrihédrons avaient été nourris, très inconsciemment, par les Vipers de la série. Et même si je n’ai pas été influencé par Marvel en ce qui concerne les wormholes, je sais que vortex et portails galactiques étaient dans le groove de la SF des années 80 et 90. Or, en fouillant sur Internet, je m’aperçois que l’épisode du dessin animé Avengers de ce matin était inspiré d’un épisode du cross over “Operation Galactic Storm” de 1992, que je n’ai pas lu, dans lequel il y a déjà une histoire de wormhole ouvert pour détruire le soleil. On le sait, tout a déjà été fait, mais ça se confirme !

Pour conclure, ce qui me réjouit ce matin, c’est de m’apercevoir que mon travail fait maintenant bien parti de la grande famille de la pop culture mondiale. Le gamin de 10 ans qui faisait de la BD de SF dans son coin est en train de faire une petite danse de bonheur sous mon crâne 🙂

Grande exposition à Rouen

J’ai le plaisir de vous convier au vernissage de mon exposition à Rouen, demain à 18h, au Conseil régional de Haute Normandie.

160 planches, dont beaucoup d’Universal War, mais aussi du Cryozone, des dessins d’enfances, des projets divers, des peintures, des objets…

Le tout sera suivi d’une conférence avec ma pomme mais surtout quelques vrais spécialistes de la conquête spatiale. Venez nombreux, c’est l’occasion de se rencontrer !