Pierre Wininger

Univers d’Okapi n°215 (1980)
© Bayard presse.

L’auteur de BD Pierre Wininger est décédé le jour de Noël.

Je ne le connaissais pas personnellement, mais j’éprouve une réelle tristesse. Déjà parce que j’adore ses albums, particulièrement les trois “Evergreen”. Mais surtout parce que, en tant qu’auteur, je lui dois la première étape décisive de ma compréhension de la Bande Dessinée. En effet, c’est en 1980, dans le journal Okapi que j’ai découvert que les BD ne se faisaient pas toutes seules. J’avais 10 ans, et j’ai lu et relu 1000 fois tous les conseils donnés par Pierre Wininger au très jeune auteur que j’étais. Ces 12 pages de l’Univers d’Okapi, je les ai toujours, et je les garde très précieusement, comme un fétiche porte bonheur.

Merci Monsieur Wininger, je ne vous oublierai jamais.

Publié le Catégories
Partager Google+ LinkedIn

André Schiffrin

J’apprends avec tristesse le décès d’André Schiffrin. Grand éditeur américain puis petit éditeur indépendant, il avait une vision passionnante sur les dérives financières de l’édition. Nous avions eu le grand plaisir, avec Valérie, de l’écouter à Bruxelles il y a quelques années. Je ne saurais trop recommander à tous ceux qui s’interrogent sur le monde actuel de l’édition de lire L’édition sans éditeurs, écrit en 1999, une analyse visionnaire toujours d’actualité (et ses suites chez le même éditeur)

Le petit cirque ne jouera plus

Moins d’un mois après le décès de Comès, c’est au tour de Fred de nous quitter. Encore un auteur fondamental dans mon parcours artistique. Encore une triste journée, mais qui s’éclaire de merveilleux souvenirs.

Après être revenu à la Bande Dessinée franco-belge à la fin de mon adolescence grâce à la lecture de Peeters & Schuiten, Tardi & Forest et Comès, j’ai commencé à fouiller les

rayons des librairies d’occasion à la recherche d’auteurs au travail particulier. Je tombais assez rapidement sur Philhémon, que j’achetais dans la peu chère collection 16/22. Au début, je n’aimais pas le dessin, mais j’étais fasciné par son utilisation totalement libre de la structure de la planche. Et puis je fus conquis par sa poésie, par le sens de son non-sens. Et finalement par son dessin, le vecteur de toute cette merveille…

Fred, Denis Bajram et Philippe Marcel au domicile de Fred.

J’eus le grand plaisir et le grand privilège de l’interviewer en 1993 chez lui, au centre de Paris, en compagnie de Philippe Marcel et Johan Gauthier. C’était pour notre fanzine Le Goinfre. Ce fut un moment merveilleux, délicieux, malicieux et lumineux. De longues heures à évoquer son passé et son actualité (il venait de sortir le Corbac aux Baskets). Cela donna, après de longues heures de transcription, une belle interview, très riche, publiée dans le Goinfre n°13, le dernier numéro dont je me suis occupé. J’en profite pour remercier François Le Bescond, qui nous avait offert la chance de faire cet entretien. Un des plus précieux souvenirs de ma vie de lecteur.

Mes condoléances aux siens.

Un grand silence

À l’heure actuelle, je pourrais très bien être un auteur de comics aux USA. La rencontre avec Strange et les super héros Marvel dans mon adolescence avait été tellement intense que cela m’avait totalement éloigné de la BD franco-belge. Je ne relisais plus que mes vieux Tintin…

C’est quelques chefs d’œuvre qui m’ont ramené dans le “droit chemin”. Les deux premiers furent La Fièvre d’Urbicande et La Tour de Peeters & Schuiten. Enthousiaste, j’achetai alors les deux autres albums de la collection (À Suivre) disponibles dans ma maison de la presse de province. Le Ici-même de Forest & Tardi. Puis le Silence de Comès. Deux nouveaux chocs.

Trente-cinq ans plus tard, me voici chez Casterman. J’ai donc l’honneur et l’énorme plaisir de pouvoir discuter confraternellement avec ces auteurs qui ont bouleversé mon chemin créatif.

Au dernier festival d’Angoulême, Thierry Bellefroid m’a présenté à Didier Comès dont il assurait le commissariat d’exposition. Très impressionné, je lui ai dit toute l’importance qu’avait eu Silence pour la jeune tête remplie de super héros qu’avait été la mienne. Et je me suis enfui, en me disant que j’aurais bien d’autres occasions de discuter avec lui.Ce matin, j’apprends son décès. Je resterai donc sur cette courte rencontre, et sur la longue standing ovation que la BD lui a faite au théâtre d’Angoulême lors de la remise des prix.

Mes condoléances à toute sa famille. Moi, je me sens un peu orphelin.

Marie-Claire Alain

Je suis très triste ce soir : je viens d’apprendre le décès de Marie-Claire Alain à l’âge de 86 ans. C’est l’organiste qui a le plus bercé mon enfance, et j’écoute en boucle ses intégrales de Bach depuis sans doute plus de 30 ans. J’ai eu la chance de la voir en concert à Saint-Pierre de Caen il y a quelques années…

Madame Alain, je vous remercie.

Gerry Anderson

Dessin hommage réalisé pour le festival d'Amiens en 1999.
Dessin hommage réalisé pour le festival d’Amiens en 1999.

Cosmos 1999 est mon plus vieux souvenir de Science-fiction. Je la regardais dans les années 70, tout gosse, partagé entre la trouille et l’excitation. Je n’ai jamais oublié cette série : je travaille même tous les jours avec deux belles maquettes en métal des vaisseaux “eagle” posées devant moi.

Gerry Anderson, son génial créateur, vient de rejoindre les étoiles.

Avec tout mon respect, Mister Anderson.

Boris Strougatski

L’écrivain russe est décédé hier dans une certaine indifférence. Pourtant, avec son frère Arcadi, mort il y 20 ans, ils ont donné à la science-fiction quelques-uns de ses plus beaux romans. Au-delà du célèbre “Stalker”, je vous recommande de lire leur excellent “Il est difficile d’être un dieu”, sombre description de la montée d’un totalitarisme dans une société pseudo-médiévale.

Nicolas Atchine

A STAR IS DEAD

Je regardais comme à mon habitude la Nouvelle Star tout en calinant mon canard lorsque Philippe Manœuvre dédicaça un titre de Bob Dylan à la mémoire d’un des plus grands experts de Dylan qui venait justement de mourir : “Nicolas Atchine”.

Ce nom n’a sans doute pas dit grand chose à grand monde. Mais moi ça m’a fait un méchant choc. Je le connaissais bien, le petit Nicolas… On avait fait nos premières armes ensemble à la fin des années 80 à Scarce, un fanzine spécialisé dans les comics américains. Nicolas était très jeune à l’époque, mais avait déjà une culture pop encyclopédique. Il écrivait très bien, avec beaucoup d’aisance. Il avait un avis sur tout, et donc beaucoup d’ennemis. Moi je l’ai tout de suite apprécié : on devait se ressembler un peu.

On faisait de la musique tous les deux, et ne jurions que par les comics… Lui a finalement choisi de suivre plutôt la voie du rock que celle de la BD, et j’ai perdu contact avec lui, ne le recroisant qu’en de rares occasions, genre avec le fils de Jodorowsky. Nicolas Atchine était devenu Nikola Acin, traduisait moultes ouvrages, interviewait moultes gens pour le magazine Rock & Folk de Manœuvre, avait monté son groupe les Hellboys, et je devais ignorer les trois quarts de ses activités…

J’ai fouillé la toile à l’instant. Une seule confirmation de la mort : “Nikola est décédé de façon soudaine le dimanche 18 mai 2008 à l’âge de 34 ans.” C’est jeune, 34 ans. pour mourir. Merde.

On ne s’attend pas à apprendre la mort d’un vieux pote en regardant la Nouvelle Star. Merde.

Opportunité + instinct = profit

« Opportunité plus instinct égalent profit »… quelle jolie devise.

La grande qualité des séries TV Star Trek est d’avoir imposé une école “positiviste” dans la science-fiction. Là où souvent les auteurs de S.F. nous prédisent le pire pour essayer de nous l’éviter (j’en suis un parfait représentant avec UW1), Gene Roddenberry imagina un monde où les humains seraient devenus, si ce n’est parfaits, du moins franchement altruistes. Ils exploreraient l’univers pour le plaisir de la science et dans l’espoir de sympathiser avec toutes les races de l’univers. En 1966, alors que les USA connaissaient de terribles émeutes inter-raciales, que le Viet-nam tournait au cauchemar et que la guerre froide battait toujours son plein, c’est vers l’idéalisme que se tournait Star Trek.

Lorsque les scénaristes de Star Trek introduisirent les Ferengis dans la série 20 ans plus tard, tout laisse à penser que c’est les Américains des années 80 qu’ils avaient voulu caricaturer. La hiérarchie sociale des Ferengis est en effet celle qui prévaut aux USA : les plus riches en haut, les plus pauvres en bas. Pour s’assurer cette richesse, toute la société ferengie est basée sur le commerce et le profit, au point d’en avoir fait un code (a)moral auquel tous se réfèrent : les Règles d’Acquisition ferengies. Là où en France on croyait encore dans les années 80 à la valeur intellectuelle, culturelle ou personnelle des hommes, les USA de Reagan étaient eux déjà totalement vendus au profit.

Il y a quelque jours, en regardant un épisode de Star Trek DS9, j’ai entendu une règle d’acquisition ferengie qui résonnait particulièrement avec notre actualité : « Opportunité plus instinct égalent profit ». Opportunité et instinct. Voilà exactement la méthode de gouvernement de Nicolas Sarkozy. Cet homme sans culture intellectuelle, au point qu’il change d’opinion comme de chemise, sans culture classique, (jamais la France n’avait eu un président parlant aussi mal le français), à qui il ne reste qu’une forte personnalité, est en fait l’incarnation exacte de l’opportunisme et de l’instinct. Lorsqu’il s’impose dans la prise d’otage de Human Bomb à Neuilly. Lorsqu’il trahit Chirac pour le candidat donné gagnant Balladur. Lorsqu’il arrive à revenir en grâce auprès de Bernadette Chirac et se saisit finalement de l’UMP. Lorsqu’il se fait élire sur des promesses populistes. Lorsqu’il séduit les femmes les plus en vue. Un incroyable opportuniste, une bête d’instinct.

L’instinct n’étant pas raison, il fait d’incroyables bévues. Car, dès que se présente une opportunité, il ne peut s’empêcher de la saisir, quitte à détruire ce qu’il a construit la veille. Il ne connaît tellement que l’opportunisme et l’instinct qu’il les a imposés à son gouvernement comme méthode de gestion. Alors que la gestion, l’organisation, la planification que nécessite la “bonne gouvernance” sont l’exact opposé de l’opportunité et l’instinct… Prenons l’ouverture à gauche, par exemple : ce n’est pas une décision politique réfléchie, c’est juste des opportunités people à saisir. Voilà donc qui nous dirige. Et nous voyons où cela nous a en quelques mois amenés : au grand n’importe quoi, ou même la majorité ne comprend plus rien.

Ceci dit, je n’accuserai pas que Sarkozy. Il a été copieusement élu par les Français. Et c’est logique : nous nous américanisons jour après jour.

Nos enfants ne veulent plus devenir médecins, chercheurs ou ingénieurs comme dans les années 80 ; maintenant ils vont tous en école de commerce. Les seules classes de mathématiques dont on nous a parlé dans les medias depuis 20 ans sont celles de mathématiques financières. Les amis chartistes de ma femme sont tous en train de déprimer devant le désintérêt de plus en plus flagrant de la société pour la recherche universitaire et pour les vrais historiens. Mais, c’est vrai qu’il n’y a que peu d’opportunités à saisir dans le passé, juste des enseignements. Et même quand les medias nous parlent tous les matins de “développement durable”, c’est une preuve en soit : c’est qu’en vrai nous sommes tous devenus des opportunistes sans conscience des lendemains.

Pou finir : si j’en crois Star Trek, un Ferengi vendra son propre frère si l’opportunité est bonne, et si son instinct lui dit que c’est le bon jour. Alors, chers lecteurs, vous êtes prévenus : vous n’êtes plus qu’une source de profit potentiel pour les autres humains. Pour savoir à quelle sauce vos propres enfants vous mangeront, lisez donc les les Règles d’Acquisition Ferengies.