Un ministre, un auteur

Dans l’exposition. Photo © Éric Marie.

J’ai eu le plaisir de recevoir le Ministre de la Culture dans l’exposition que m’ont consacrée les 7 lieux à Bayeux. Franck Riester est en effet venu inaugurer très officiellement la nouvelle médiathèque intercommunale, qui est l’exemple même d’un équipement culturel adapté aux enjeux d’aujourd’hui (franchement, bravo aux équipes et aux décisionnaires locaux).

 

Photo © Préfecture du Calvados

J’avais presque envie de dire au Ministre « On ne se quitte plus ! ». C’est en effet la troisième fois que nous nous rencontrons en quelques mois. La première fois c’était au Ministère de la Culture, quand il a reçu Ligue des auteurs professionnels.  Le seconde, c’était au festival d’Angoulême, dans le cadre de la remise du rapport Lungheretti, je portais alors mes trois casquettes, celle des États Généraux de la Bande Dessinée, celle du SNAC BD (Syndicat National des auteurs et des compositeurs) et celle de Ligue des auteurs professionnels.

Le Ministre et les élus qui l’accompagnaient ont donc visité mon exposition. Il a même pris le temps d’essayer l’expérience de réalité virtuelle Universal War. J’ai eu une pensée pour les équipes du Miroir de Poitiers et du Studio Nyx qui l’ont conçue.

 

Dans le module de réalité virtuelle. Photo © Jérôme Eho.

Le Ministre a eu des mots très aimables pour mon travail et pour l’exposition en fin de son discours d’inauguration. La grosse surprise, c’est qu’il a conclu en rendant un sérieux hommage à mon engagement pour la cause des auteurs. J’ai plus l’habitude que ce soit des confrères et consœurs qui me remercient que des ministres, j’avoue. Quand ce sont les auteurs qui me remercient, j’ai toujours tendance à leur dire que je trouve qu’on n’a pas obtenu assez de victoires pour cela. Mais dans le cas de notre Ministre de la Culture, j’ai pris cela comme un signe de bonne augure : si l’engagement des bénévoles de nos organisations d’auteurs est ainsi apprécié, on peut espérer que nos demandes seront mieux entendues.

Et pour ceux qui penseraient que je suis un peu naïf sur ce coup, je précise ceci :   Je crois que tout n’est pas noir en ce monde, que rien n’est même ni tout noir ou tout blanc. Et je crois surtout qu’on a plus de chances d’arriver à construire quelque chose en y croyant et en le faisant qu’en se méfiant et en ne faisant rien.

 

Une fois n’est pas coutume, une dédicace dessinée. Si vous avez le pouvoir de changer la vie des auteurs, je vous en fait une aussi.