État d’urgence permanent ?

J’ai de plus en plus l’étrange sentiment d’être un extrémiste de gauche à refuser cet état d’urgence de longue durée. Alors que je ne suis qu’un citoyen qui s’oppose à la suspension prolongée des libertés et des droits démocratiques. Comment ne pas s’indigner quand on constate que le droit de manifester est suspendu trois mois au nom de la sécurité, mais pas la Saint-Sylvestre géante sur les Champs-Élysée ? Que pour combattre le terrorisme islamique on perquisitionne et met en liberté surveillée des militants écologistes ? Quel est ce silence général ? Ou est passé la presse de gauche ? Que fait la presse d’opposition ? Il n’y a eu quasi personne pour dire non à cet état d’urgence prolongé et ils ne seront pas plus nombreux à vouloir empêcher qu’il soit constitutionnalisé. C’est à dire rendu potentiellement permanent.

Hélas, la population est la première qui ne semble pas se sentir concernée. Pense-t-elle que sa sécurité vaut bien la sacrifice de la liberté de quelques-uns ? Voici le résultat de vingt ans de discours politique focalisé sur le tout sécuritaire. La bataille des esprits a été perdue, elle n’a même pas vraiment été menée. Car on a laissé les Sarkozy, Valls et consorts nous emmener sur leur champ de bataille, celui de la peur, de la menace permanente, d’un pseudo retour à l’autorité, d’un rêve de tolérance zéro… tout cela sans aucun résultat sur l’insécurité réelle, en plus. Des mots, des litanies, des imprécations qui ont reprogrammé le pays et créé un besoin impossible à combler. Sauf en allant jusqu’au bout de ce discours, en choisissant l’extrême droite. Et ce jour là, l’état d’urgence permanent et constitutionnel concernera bien tous les citoyens qui refuseront le nouvel ordre national.

Publié le Catégories
Commenter Partager Google+ LinkedIn