Le Blog

Un vieux Mac des années 90 dans votre navigateur

Je me souviens de mes débuts sur Photoshop en 1991. J’étais étudiant à l’école des Arts décoratifs de Paris et on y trouvait une incroyable salle informatique emplie d’ordinateurs Mac plus chers les uns que les autres. Dès les premiers cours, j’avais eu droit à une démonstration de la toute récente version 2 d’Adobe Photoshop sur un rutilant « Macintosh II » couleur. Quel émerveillement cela avait été ! On pouvait manipuler une image exactement comme on le voulait, pixel par pixel s’il le fallait ! Que de promesses ! Si on m’avait laissé faire, je n’aurais plus quitter la salle informatique.

Et pourtant, rétroactivement, que ce pauvre Photoshop 2.0 était lent, limité et incomplet (sans même parler de l’archaïsme du système Mac OS 6). Trois décennies plus tard, on a du mal à se souvenir à quel point les débuts de l’informatique personnelle était laborieux. Les grands gagnants étaient surtout les fabricants de machines à café vu le temps qu’on a passé à attendre devant des ordinateurs qui moulinaient…

Heureusement, plusieurs projets permettent de revivre cette incomparable expérience. Si ça vous amuse, vous pouvez dès maintenant essayer cela dans votre navigateur avec un Mac virtuel de 1997.

Vous (re)découvrirez les grosses fenêtres boudinées de Mac OS 8.1, les icônes en mauvais plastique, les polices pixelisées du bon vieux temps. Dans le dossier « Graphics » vous trouverez surtout un Photoshop 3.0, une version presque moderne puisque c’était la première à proposer les calques.

En fouillant dans les autres dossiers, vous pourrez essayer plein d’autres vieux loukoums comme Word 5, Hypercard, Filemaker II, ou des vidéos Quicktime d’époque. Pour les amateurs de retrogaming, c’est aussi l’occasion de jouer les vieilles versions de Prince of Persia, Sim City, Civilization, Indiana Jones, Warcraft II, Maelstrom…

Les ordinateurs d’aujourd’hui sont devenus tellement puissants, qu’ils peuvent émuler nos anciens systèmes en javascript dans le premier navigateur venu. On voit bien là les incroyables progrès qu’ont connus toutes ces technologies en trente ans !

Avec un grand merci à l’excellent Korben pour l’info.

 


Mise à jour

J’avoue que j’ai pris un plaisir fou à refaire quelques parties de Maelstrom, un excellent clone pour Mac du jeu Asteroid d’Atari. Résultat, j’ai vérifié si quelqu’un n’en aurait pas fait un portage moderne. J’ai fini par découvrir que le code source de Maelstrom était devenu libre. Depuis, des passionnés ont continué à le compiler pour des systèmes récents, dont nos Mac M1.

Maelstrom, me revoilààààààààààààà !

Publié le Catégories
Commenter Partager LinkedIn

Concert d’orgue de François Lemanissier

Vendredi 29 juillet, à 21h, ce sera le premier des quatre concerts d’orgue estivaux de Bayeux. Le Cavaillé-Coll de la cathédrale recevra François Lemanissier, titulaire des grandes orgues de Notre-Dame-de-Saint-Lô et co-titulaire de celles de la cathédrale de Coutances.

Je connais François Lemanissier depuis 40 ans, et j’ai même eu le plaisir d’être son élève. Après mon grand-père organiste et ma maman fan de Bach, François a sans doute été la principale raison de mon amour pour l’orgue. J’ai passé de longs moments avec lui à la tribune de celui de Saint-Lô, mais surtout je l’ai longuement écouté jouer. J’ai été initié par lui à tout une culture de l’instrument. Il m’a fait découvrir, entre autres, Messiaen et Jehan Alain que j’aime tant aujourd’hui. Il m’a aussi fait découvrir le travail d’André Fleury, d’André Isoir et de tant d’autres organistes merveilleux… Bref, je vais être très heureux de revoir et réentendre François !

 

Concert gratuit – Libre participation aux frais

Organisé par les Amis de la cathédrale de Bayeux

 

François à son orgue de Saint-Lô – Photo © Ouest-France

 

 

Corriger un presque bug du Mac

Attention, sur les derniers Mac, un simple « pomme R » sur votre clavier peut abimer vos fichiers images sans même que vous le sachiez. Une mauvaise initiative d’Apple… qu’on ne peut même pas désactiver ! Heureusement, je vous propose une solution à ce presque bug.

Apple a introduit sur les dernières versions de Mac OS X un moyen d’appliquer rapidement une rotation à des fichier images (jpeg, png, tiff etc.) sans sans même avoir à les ouvrir. Pratique.

Mais hélas, les développeurs d’Apple ont aussi eu la très mauvaise idée d’attribuer un raccourci clavier à cette action. Donc, si vous faites un « commande R » (⌘R) lorsque qu’un ou des fichiers images sont sélectionnés dans le Finder, ils subissent une rotation de 90° sans vous prévenir ! Sur des formats non destructifs, ce n’est pas très grave il suffit de faire trois autres fois la manœuvre, et on a fait un tour à 360° complet. Mais sur des formats destructifs, comme le JPEG, chaque opération de rotation dégrade un peu la qualité de l’image. C’est donc une manœuvre qu’il faut éviter de faire par inadvertance.

C’était déjà une assez mauvaise idée de la part d’Apple d’avoir ajouté ce raccourci clavier ⌘R par défaut. Plus dangereux, il vient remplacer un raccourci historique de Mac OS. En effet, jusque là, ⌘R permettait d’afficher l’original d’un alias, ou, encore plus pratique, d’afficher l’original d’un fichier trouvé par l’outil recherche. Cela marche encore si le fichier n’est pas une image, mais si c’est une image… on la retourne ! Un fonctionnement bien aléatoire et bien dangereux pour nos JPEG…

Pire, ce raccourci ⌘R s’avère impossible à désactiver ! Une solution serait d’aller bricoler dans les Préférences Système > Claviers > Raccourcis pour attribuer ce ⌘R à un menu toujours disponible dans le Finder, comme « Tout ramener au premier plan » mais on perd la recherche de l’original.

Si vous êtes frappé par ce « presque bug », je vous propose une solution pour rétablir le fonctionnement original du ⌘R . Télécharger ce fichier zip :

Une fois décompressé vous aurez un fichier « Afficher l’original.shortcut ». Double cliquez dessus pour l’installer.

Une fois installé, vous devriez le voir apparaitre dans le menu contextuel si vous cliquez sur un fichier du Finder.

Il ne vous reste plus qu’à attribuer le raccourci clavier ⌘R à cette action. Pour cela, rendez-vous dans les Préférences Système > Clavier > Raccourcis > Services. Là, vous trouverez notre « Afficher l’original » dans les dernières lignes. Cliquez sur le petit « Aucun » en bout de ligne, et vous pourrez ajouter un raccourci… Faites « commande R » (⌘R). C’est bon !

Bon, ce serait plus simple qu’Apple arrête de mettre des raccourcis clavier sur tout et rien, d’autant plus quand il est déjà utilisé. Mais, surtout, il devient urgent face à cette prolifération qu’Apple nous donne la possibilité de gérer l’intégralité des raccourcis clavier, et pas seulement ceux disponibles dans les menus. Autrement, on va finir par se croire sur Windows 🙂

Petit matin aux Médiévales de Bayeux

Petite balade au lever du jour dans les Médiévales de Bayeux. Après la grande foule d’hier, quel calme ! Seuls quelques feux allumés de-ci de-là laissent à penser que je ne suis pas le seul à m’être levé si tôt.

La fête des Médiévales continue encore tout ce dimanche 3 juillet, alors venez nombreux !

Des utilitaires gratuits pour sécuriser votre mac

Vous êtes un peu maniaque sur la sécurité de votre Mac et un peu bricoleur ? Vous voulez savoir qui installe quoi et qui fait quoi dans votre système ? Je vous recommande de découvrir les excellents outils proposés gratuitement par le non moins excellent Patrick Wardle, ancien hacker de la NSA et gros chasseur de bugs et virus du monde Apple.

Le plus connu de ces utilitaires est Lulu, qui vous permettra de décider quelle application de votre mac a le droit de se connecter à Internet. C’est une alternative simple, puissante et gratuite à LittleSnitch. Et le meilleur moyen d’empêcher des processus un peu trop curieux de communiquer vers l’extérieur.

https://objective-see.org/products/lulu.html

 

 

Je teste aussi en ce moment BlockBlock qui surveille l’installation d’extensions, de launch daemons et agents etc. :

https://objective-see.org/products/blockblock.html

 

J’ai aussi installé RansomWhere qui surveille qu’aucun processus ne soit en train de crypter votre disque dur :

https://objective-see.org/products/ransomwhere.html

 

Enfin, KnockKnock permet de voir ce qui a été antérieurement installé dans votre système :

https://objective-see.org/products/knockknock.html

 

Il y a encore plein d’autres excellents utilitaires gratuits à découvrir sur son site :

C’est donc possible : Le Québec renforce très sérieusement le statut des artistes-auteurs

On aimerait lire un jour dans la presse française ce qu’on lit dans celle du Québec aujourd’hui :

Jour « historique » pour le milieu de la culture : après des années d’attente, la réforme du statut de l’artiste a finalement et été adoptée à l’unanimité vendredi à l’Assemblée nationale »

Les auteurs pourront négocier des conventions collectives. […]

Le Tribunal administratif du travail a plus de pouvoirs […]

La nouvelle loi sur le statut de l’artiste offre des dispositions supplémentaires aux artistes en cas de harcèlement psychologique au travail. […]

La ministre Roy s’est félicitée de contribuer à l’amélioration des conditions de travail des artistes. « Le Québec peut maintenant s’enorgueillir d’avoir une nouvelle loi équilibrée, qui permet aux artistes québécois d’avoir accès à de meilleures conditions de travail et d’exercer leur art dans un environnement sain et sécuritaire, et plus largement, de contribuer au plein développement de l’ensemble du milieu culturel québécois » […]

www.ledevoir.com

Peu de temps après sa création, la Ligue des auteurs professionnels avait rencontré l’UNEQ, L’union des écrivains et écrivaines québécois, et avait été impressionnée des avancées en cours chez nos cousins d’outre-atlantique (voir : ligue.auteurs.pro). La loi que vient de voter le parlement québécois répond en partie à ce que la Ligue porte depuis ses origines : s’il était essentiel de protéger les œuvres par le droit d’auteur, il est maintenant urgent de protéger aussi les travailleurs et travailleuses que sont les artistes-auteurs. Cette réflexion avait fortement influencé la mission Bruno Racine, mais on sait, hélas, comment la plupart des propositions de son rapport final ont été depuis enterrées.

Cher Ministère de la Culture, il va bien falloir que tu admettes que ce que proposait le rapport Bruno Racine n’avait rien de fantaisiste. Combien de temps vas-tu continuer à faire comme s’il n’y avait pas un énorme problème de statut des artistes-auteurs ? Combien de fois va-t-on devoir te le redire ? Combien de temps vas-tu mettre à enfin légiférer pour renforcer sérieusement la protection des travailleurs et travailleuses que sont ces artistes-auteurs ? Combien de temps vas-tu mettre à comprendre la leçon que le Québec donne aujourd’hui à la France ?

« C’est une nouvelle ère qui s’ouvre, une nouvelle époque qui commence pour les autrices et les auteurs québécois », affirme Suzanne Aubry, présidente de l’UNEQ. « Après de longues années d’attente et de travail, après une mobilisation exceptionnelle de ses membres, notre Union est fière d’avoir démontré au gouvernement du Québec l’absolue nécessité d’offrir un statut d’artiste à part entière aux écrivaines et aux écrivains. »

ww.uneq.qc.ca

Rendez-vous de la BD d’Amiens 2022

Depuis plus de 20 ans, je me rends avec beaucoup de plaisir au Rendez-vous de la Bande Dessinée d’Amiens. Cette année, ses organisateurs m’ont fait l’honneur de me confier leur affiche. Je serai donc au festival du 4 au 5 juin pour rencontrer le public qui s’y pressera j’imagine en nombre. Et, dès le 2 juin, j’inaugurerai la grande exposition consacrée à mon travail et à la BD Goldorak. Elle restera visible à la Maison de la Culture d’Amiens jusqu’au 2 octobre.

L’affiche

La première image que j’ai dessinée pour l’édition 2022 des Rendez-vous BD était une carte de vœux. On y voyait des personnages de BD transformer un méchant coronavirus en gentil smiley.


En ce début d’année, on avait espoir qu’en juin la crise COVID serait enfin derrière nous. C’était se réjouir un peu tôt (sans parler du fait que Valérie et moi allions attraper le virus au festival d’Angoulême peu après et passer un très mauvais moment).

C’était avec la même envie de tourner la page de la crise sanitaire que j’avais proposé aux Rendez-Vous une affiche très positive. Mes premières recherches ne me plaisaient pas : on y voyait un gigantesque Goldorak surplombant la ville d’Amiens, mais cela lui donnait un air bien trop guerrier à mon goût. La version finale est beaucoup plus tendre : devant la cathédrale de la ville, des enfants de BD grimpent dans la main du robot géant. Ainsi Goldorak ne représente plus une arme de guerre, mais une main tendue en signe de paix.

Je suis encore plus heureux d’avoir fait ce choix aujourd’hui. En effet, depuis, la guerre, la vraie, s’est tristement invitée dans nos vies d’Européens. Comme beaucoup, j’ai été choqué de voir autant d’innocents souffrir et mourir parce qu’un type dans son bureau a pensé qu’il pouvait imposer sa volonté à un autre pays. Si l’auteur d’Universal War a beaucoup parlé de la folie des hommes et de la guerre, je suis heureux que cette affiche, comme notre BD Goldorak, parlent finalement de paix.

Oui, depuis près de 25 ans, les Rendez-vous de la Bande Dessinée d’Amiens sont un lieu d’amusement, de culture et de rencontre. Je serai donc très heureux de retrouver le public et les amis d’Amiens dans quelques jours.

 

Le programme

Du 2 juin au 2 octobre
Grande exposition de Goldorak à Goldorak

Sous le titre De Goldorak à Goldorak la Maison de la Culture d’Amiens accueille une exposition consacrée à mon parcours. Un événement à ne surtout pas manquer si vous êtes fan du robot de l’espace ou de mon travail.

Entrée libre

Inauguration le 2 juin à 18h30

Pour en savoir plus :

Le 4 et 5 juin
Rencontres, ateliers et signatures

Halle Freyssinet, rue de la vallée

▶︎ SAMEDI 4 JUIN

▹ 11h00 – 12h00
La Fabrique : dessiner Goldorak

▹ 14h00 – 15h00 – Halle Freyssinet
Dessin live

▹ 15h30 – 17h00 – Halle Freyssinet
Séance de signature (sans dessin)

▶︎ DIMANCHE 5 JUIN

▹ 10h00 – 11h00 – Halle Freyssinet
Rencontre café avec 10 personnes sur inscription à l’arrivée à la Halle

▹ 15h16 – 16h15 – Halle Freyssinet
Séance de signature (sans dessin)

▹ 15h16 – 16h15 – Auditorium
Conférence Goldorak
Avec Denis Bajram et Marie-Luz Ceva (commissaire de l’exposition De Golodrak à Goldorak)

 

Pour en savoir plus :

De Goldorak à Goldorak

Du 2 juin au 2 octobre, Amiens accueille l’exposition De Goldorak à Goldorak consacrée à mon parcours. Un événement à ne surtout pas manquer si vous êtes fan du robot de l’espace ou de mon travail. Entrée libre.

Pourquoi « De Goldorak à Goldorak » ? En fait, en 1980, à l’âge de dix ans, j’ai écrit et dessiné ma première bande dessinée, Goldorak, une aventure de vingt pages à l’apparence évidemment très approximative. Quarante ans plus tard, en 2021, est paru l’album Goldorak écrit et dessiné avec les amis Xavier Dorison, Brice Cossu, Alexis Sentenac et Yoann Guillo. C’est donc les quatre décennies créatives entre ces deux Goldorak que raconte l’exposition.

Elle commence au rez-de-chaussée par un parcours chronologique. Partant des dessins d’enfance puis de jeunesse, elle présente des originaux de Cryozone et d’Universal War One, avant d’entrer dans mes années numériques.

Au second étage, l’exposition offre une plongée monumentale dans les images de notre Goldorak. Vous y découvrirez les étapes des planches, mais aussi une partie des objets que j’ai pu collectionner autour du robot géant.

 

C’est avec ce message et ces photos sur les réseaux sociaux que j’ai annoncé l’exposition : « Ce week-end, j’ai emballé ce que je prête à la Maison de la Maison de la Culture Amiens pour l’exposition consacrée à mon parcours (en partenariat avec les Rendez-Vous de la Bande Dessinée d’Amiens). À peine deux trois cartons, quelques planches et quelques bricoles de rien du tout… Mais je vous reparlerai bientôt plus longuement 🙂 »

Les photos du montage de l’exposition montre l’ampleur du projet sur deux étages de la Maison de la Culture d’Amiens. J’ai signé la scénographie et le commissariat d’exposition avec Marie-Luz Ceva. C’est une production de la Maison de la Culture d’Amiens dans le cadre des Rendez-vous de la Bande Dessinée d’Amiens 2022 en partenariat avec On a marché sur la bulle et les Éditions Kana.

Rendez-vous maintenant à Amiens pour découvrir tout cela en vrai et en grand. Très très grand !

Informations pratiques

Du 2 juin au 2 octobre 2022

Maison de la Culture d’Amiens,
2 place Léon Gontier

Horaires

Du mardi au vendredi :
13h-19h
Le samedi et le dimanche :
14h-19h (10h-19h au mois de juin)

Entrée libre

Vernissage le 2 juin à 18h30 en présence de l’auteur.

 

Panser le droit d’auteur

S’il y a une certitude que j’ai acquise en travaillant sur la question du droit d’auteur ces dernières années, c’est que ceux qui disent « le droit d’auteur protège les auteurs » sont déconnectés de la réalité. Ils ignorent que le droit d’auteur protège, aujourd’hui, surtout ceux qui arrivent à prendre le contrôle de l’exploitation de l’œuvre d’un auteur. Et donc à en capter les profits.

Ce n’est pas pour rien que les producteurs et les éditeurs sont toujours en première ligne pour défendre le droit d’auteur en Europe. C’est parce qu’il leur est très favorable. Si le droit d’auteur protégeait les auteurs des abus comme le droit du travail protège les salariés des abus du patron, le droit d’auteur ne serait pas autant défendu par toute l’industrie culturelle. Les producteurs et les éditeurs se battraient même contre lui à chaque occasion.

Le droit d’auteur a donc, à mon avis, été détourné de sa fonction initiale : protéger l’auteur. Ce constat, il est vraiment temps que les juristes, les spécialistes de la propriété intellectuelle et le législateur le comprenne. J’espère bien que Panser le droit d’auteur aidera à y parvenir.

Lancement de Panser le droit d’auteur

C’est aujourd’hui que nous annonçons la naissance de Panser le droit d’auteur.

Il s’agit d’un espace d’échanges, dont la raison d’être est d’attirer l’attention sur les pratiques abusives dont sont victimes les artistes-autrices et auteurs.

Il s’agit aussi de faire évoluer la connaissance du droit des auteurs, aujourd’hui centré sur le droit d’auteur, vers une meilleure compréhension de tous les droits des artistes-autrices et auteurs (civil, fiscal, social etc.).

Cet espace est destiné à la publication de contributions par des professionnels du droit et des artistes-autrices et auteurs, désireux de mettre en lumière des problématiques qu’ils rencontrent, entretenues par les insuffisances du droit applicable, notamment les usages, ainsi que par l’écosystème de la création (politiques publiques, rôle des différentes directions du ministère de la culture, organismes de gestion collective, syndicats d’exploitants, organisations d’auteurs, etc.).

Son objectif est de permettre à tout professionnel du monde de la culture et du droit, ainsi qu’à tout décideur public ou parlementaire, d’appréhender la réalité des difficultés rencontrées par les artistes-autrices et auteurs, et la fréquente inadéquation entre les différentes branches du droit qui leurs sont applicables.

Il part d’un constat partagé par de nombreuses autrices et auteurs, ainsi que par des professionnels du droit, qui constatent un décalage entre l’approche théorique du droit d’auteur, censée être favorable aux auteurs, et son approche pratique qui contourne cette vocation initiale.

Pour en savoir plus : www.panserledroitdauteur.org

www.facebook.com

L’atelier des années 90

Hier, j’ai publié cette photo sur les réseaux sociaux commentée d’un « Retrouvailles de l’atelier des années 90. De gauche à droite, Xavier Dorison, Alex Alice, Denis Bajram et Mathieu Lauffray ». Beaucoup de lecteurs ont eu l’air de découvrir à ce moment les liens qui nous unissent tous les quatre. C’est vrai que nous nous étalons rarement sur nos parcours, préférant laisser parler nos livres. Alors, ouvrons la boîte à souvenirs.

En 1990, après une année de maths à Jussieu puis deux ans aux Beaux-Arts de Caen, j’ai eu la chance d’être admis dans la prestigieuse École nationale supérieure des Arts décoratifs de Paris. J’y ai rencontré plein d’autres étudiants et étudiantes, plus doués les uns que les autres. Mais la rencontre la plus marquante fut celle d’un certain… Mathieu Lauffray. Ce fut particulièrement pendant les cours de « morphostructure » (manière compliquée de dire géométrie) que nous avons commencé à discuter, en particulier de BD et de comics dont nous étions fans tous les deux. Un jour, en sortant des cours, je l’ai donc suivi à son petit appartement, au pied de la montagne Sainte Geneviève où se situait l’école, et donc en plein quartier des libraires BD.

De proche en proche, j’ai fini par venir de plus en plus souvent pour squatter le second bureau du petit atelier qui occupait la moitié des lieux. On a beaucoup échangé, lui m’initiant aux arcanes de l’illustration ou de l’encrage, moi lui faisant découvrir en échange les subtilités de la narration graphique propre à la Bande Dessinée. Si nous avions tous les deux déjà beaucoup travaillé nos pratiques artistiques, nous l’avions fait dans des axes très différents, et nous avions donc énormément à nous apprendre l’un à l’autre. Finalement, au milieu des années 90, Mathieu signa chez les encore jeunes éditions Delcourt pour son premier album, Le Serment de l’Ambre et je ne tardais pas à le suivre avec Cryozone.

D’autres dessinateurs passaient à l’atelier, les amis de Mathieu bien sûr comme Marc Botta, François Baranger, Nicolas Bouvier aka Sparth… J’y amenais aussi les miens. En parallèle de mes études, j’avais animé des fanzines de BD et participé à l’organisation de festivals. C’est dans le cadre de celui des grandes écoles que j’avais rencontré Xavier Dorison, étudiant en école de commerce qui voulait devenir scénariste. Il m’avait à son tour présenté son comparse dessinateur, Alex Alice, avec lequel ils essayaient de monter un projet BD, très original à l’époque, nommé Le Troisième testament. de la « catholic-fantasy » comme il était amusant de le résumer. Très vite, les présentations avec Mathieu furent faites, et très vite aussi toute la bande s’entendit au mieux.

Mais, après avoir bien gagné ma vie comme graphiste chez Hachette, je me retrouvais jeune auteur de BD sans le sou. N’arrivant plus à me payer un loyer parisien, je dû partir à Angoulême en 1995. La place libérée, Alex travailla ses pages chez Mathieu. Mais il passa aussi du temps chez moi à Angoulême pour s’initier à la narration et à la mise en page. Et enfin, Xavier et lui signèrent Le Troisième Testament chez Glénat.

Mathieu, me voyant dépérir à Angoulême, profita d’un projet de nouvel atelier pour me rapatrier dans son ancien appartement parisien (encore mille mercis, Mathieu, tu m’as sauvé la vie ce jour-là !). En effet, sa nouvelle habitation avait été choisie beaucoup plus vaste pour pouvoir accueillir un très grand lieu de travail collectif.

C’est dans une petite cour de la rue Saint-Denis que la magie allait de nouveau fonctionner. En plus de Mathieu, d’Alex, de Xavier (qui nous rendait visite en sortant de son boulot) et de votre serviteur, les principaux habitués furent Christian Mattiucci ami graphiste rencontré aux Arts déco, Patrick Pion, que j’avais connu à Angoulême, Robin Recht, sans oublier tous ceux passèrent nous voir là-bas plus ou moins fréquemment…

Ce vendredi, profitant de mon passage au festival du Livre de Paris, nous avons réuni le noyau dur historique de l’atelier des années 90. Franchement, quel plaisir de se retrouver ainsi au soleil pour un long repas en terrasse avec Mathieu, Alex et Xavier. Et, pour une fois, on n’allait pas oublier de faire une photo.

En la publiant sur les réseaux sociaux, j’ai bien vu que beaucoup y voyaient une magnifique « dream team » de la BD. C’est vrai que nous avons tous les quatre eu la chance énorme de connaître le succès, parfois même en travaillant les uns avec les autres. Mais ce qui compte pour moi, c’est l’amitié qui nous réunit tous les quatre. Elle est riche d’être à la fois humaine et artistique. Et elle est riche de durer depuis trois décennies. Que ce soit dit, je vous aime, les copains !