Vivre de son Art

Le dernier numéro de Casemate a mis en avant dans son courrier des lecteurs la lettre d’un certain Guy. Pour résumer, Guy pense que les auteurs de Bande Dessinée qui n’arrivent pas à gagner leur vie avec devraient changer de métier au lieu de se plaindre. Cela a évidemment provoqué pas mal de réactions chez les auteurs et autrices. Mais Guy pose une question à laquelle il faut bien aujourd’hui se décider à répondre.

Casemate 135, juin 2020
Casemate 135, juin 2020

Depuis des années, des gens, parfois très gentils, venaient m’expliquer régulièrement, comme Guy, que les auteurs et autrices qui ne s’en sortent pas devraient chercher un autre métier, que c’est la vie, que c’est comme ça.

Je répondais à chaque fois en leur demandant pourquoi, à leur avis, je militais pour défendre ces auteurs sans succès, moi qui en avais. Et pourquoi plein d’autres auteurs très installés le faisaient aussi. Ça provoquait en général un grand blanc. Je leur expliquais qu’avant d’atteindre la reconnaissance, la plupart des auteurs devaient passer par de longues années de galère. Que pour qu’il y ait un succès, il faut hélas souvent 100 auteurs qui triment. Donc que dire à tous ceux qui ne s’en sortent pas, ou mal, de passer à autre chose, c’est juste dire à la BD d’arrêter de générer de nouveaux succès à très court terme. C’est donc dire, dans le fond, à tous les auteurs de disparaître.

De fait, l’explosion du nombre d’auteurs et d’autrices de BD depuis deux décennies change profondément ce fonctionnement. Aujourd’hui, de plus en plus d’éditeurs attendent un succès rapide voire immédiat et n’insistent plus si ce n’est pas le cas. Il faut dire qu’il y tellement d’auteurs qui attendent à leur porte qu’il peut paraître plus simple de passer au suivant pour voir si ça marchera mieux… Il faut l’admettre, avec cette méthode, de nouveaux succès apparaissent bien, même s’ils sont souvent moins gros qu’auparavant. Et tant qu’il y aura de la chair à canon, ça continuera.

 

Que répondre aujourd’hui à ceux qui pensent comme notre Guy si beaucoup d’éditeurs eux-mêmes émettent ce message dans leur comportement ?

Pour commencer, que c’est en train de tuer une bonne partie de la bande dessinée, celle qui nécessite beaucoup de temps, un travail long et continu. Si les gens ne peuvent plus dessiner que le week-end et le soir, cela les pousse à adopter un dessin plus rapide, à l’antithèse de qui s’était développé auparavant avec la professionnalisation. Ce n’est pas qu’un changement économique, c’est aussi inévitablement un changement esthétique majeur. Et il a commencé très évidemment depuis des années (il faudrait que je revienne sérieusement sur ce sujet un jour, il y une toute histoire de notre Art  par le prisme économique et social qui reste à écrire).

Il faut aussi craindre qu’il faille toujours plus de chair à canon pour alimenter cette bataille. Or si les perspectives d’en vivre deviennent évidemment bouchées, que se passera-t-il ? Qui acceptera de payer des études de BD à 20 000 € ou plus s’il est quasiment sûr de ne jamais en faire son métier ? Qui va se lancer sur un chemin aussi difficile si l’espoir d’atteindre ne serait-ce qu’une première étape s’éloigne plus vite qu’on arrive à marcher ?

Enfin, si les éditeurs n’offrent plus des conditions professionnelles, voire simplement plus des revenus permettant aux auteurs au moins de survivre, s’ils continuent à utiliser l’argent économisé ainsi pour augmenter la production, tout cela pour tester de plus en plus de livres, et d’auteurs, si les livres, trop nombreux, continuent de se vendre à cause de cela de moins en moins, pourquoi les auteurs continueraient-ils à aller voir un éditeur ?

 

En observateur de ce milieu éditorial depuis trois décennies, je me demande quand les auteurs et autrices vont vraiment craquer. L’amour de la Bande Dessinée a fait faire à des milliers d’entre eux des sacrifices délirants. Combien de temps cela va-t-il durer ? J’ai l’intime conviction qu’à un moment, les chances d’être seulement un peu visible vont devenir trop faibles, et qu’une génération complète de nouveaux auteurs potentiels va décider de ne pas y aller.

Ce jour-là, les Guy de la BD comprendront en quoi leur vision était à très court terme.

 

Publié le Catégories
Commenter Partager Google+ LinkedIn