Entre croissance et grande précarité, la BD en plein paradoxe

Lorsque le Groupement des Auteurs de Bande dessinée (SNAC) a commencé à dénoncer la précarisation montante des auteurs, cela n’intéressait visiblement aucun media. Au début, les États Généraux de la Bande Dessinée ont dû remuer ciel et terre pour obtenir quelques précieux papiers. Les résultats effrayants de leur enquête auteur ont fini par ouvrir les vannes médiatiques. Aujourd’hui, il n’y a plus besoin d’appeler les journalistes, c’est eux qui viennent à nous, et en nombre.

Espérons juste que cette pression médiatique autour de la question de la précarité des créateurs de Bande Dessinée ne deviendra pas qu’un marronnier de plus au moment du festival d’Angoulême. Espérons au contraire que cela donnera envie à l’État et à tous les acteurs de la Bande Dessinée de prendre à bras le corps ce problème de la précarité des auteurs. L’idéal serait qu’on n’ait plus à en parler, non ?

Entre croissance et grande précarité, la BD en plein paradoxe

Alors que le secteur affiche une excellente croissance sur les dix dernières années, les auteurs de BD s’inquiètent pour leur avenir.

Jeudi s’ouvre le 45e Festival international de la bande dessinée d’Angoulême, la grand-messe du neuvième art. Et ce, quelques semaines après la publication du chiffre d’affaires du secteur, qui affiche une santé étincelante. 20% de croissance environ sur les dix dernières années, selon un rapport du Syndicat national de l’édition (SNE), grâce notamment à des grosses locomotives qui vendent toujours très bien, comme Lucky Luke, Astérix ou encore Corto Maltese. Oui mais voilà, derrière ces chiffres positifs, les auteurs de BD ne présentent pas le même bulletin de santé.

53% des auteurs de BD gagnent moins que le Smic. En 2016, une enquête des États Généraux de la BD établissait un constat très inquiétant. “On pensait que ça allait mal et de fait, on a constaté que c’était pire. Et surtout, on a des tendances qui prouvent que cela s’accélère”, explique Denis Bajram, secrétaire et coordinateur général des États Généraux. Selon cette enquête : 53% des auteurs de BD gagnent moins que l’équivalent du Smic, 36% sont sous le seuil de pauvreté et pour 80% d’entre eux, le travail se prolonge sur au moins deux week-ends par mois. “Aujourd’hui, il est probable que l’on soit à 56-57% sous le Smic”, évalue même Denis Bajram. […]

Lire la suite de l’article www.europe1.fr

Publié le Catégories
Commenter Partager Google+ LinkedIn