À l’orgue de Caudebec lès Elbeuf

Ce week-end, j’étais l’invité d’honneur du festival BD et jeunesse de Caudebec à Je dois dire que j’ai eu le grand plaisir d’y rencontrer de nombreux passionnés de tout âges.

En apprenant par le maire que l’église médiévale de la ville possédait un bel orgue Cavaillé-coll, et en bon petit-fils d’organiste, j’ai demandé s’il était possible d’aller lui rendre une petite visite privée. C’est un orgue de 1891, entièrement en état d’époque, c’est à dire mécanique, donc dur à jouer pour un ahuri sans pratique comme moi, alors soyez indulgents avec ce petit extrait.

 

Merci à Laurent Bonnaterre et à l’organiste qui nous a accueillis pour ce moment magique !

Arborescence de la Science-fiction

Voici une impressionnante tentative de classification des œuvres de la Science-Fiction à la fois chronologique et thématique. C’est assez réjouissant à regarder de près, mais ce ne fut sans doute pas facile de organiser, en particulier pour un Universal War One, qui aurait pu être autant sur la branche du space-opera que sur celle du voyage dans le temps ou celle des dystopies…

Pour voir la dernière version :

Le PDF est ici pour pouvoir zoomer :

Loreto Aramendi à Bayeux

Exceptionnel concert hier soir à la Cathédrale de la Ville de Bayeux. Loreto Aramendi, organiste aussi jeune que remarquable nous a interprété des transcriptions pour orgue d’œuvres de Rachmaninov, Fauré, Saint-Saëns et Liszt, ainsi qu’un prélude et fugue de Brahms et une improvisation de Tournemire.

Nous avons la chance d’avoir à Bayeux un très bel orgue Cavaillé-Coll de 1962, restauré il y a 2 ans. Je l’ai souvent écouté en concert, mais jamais je ne l’avais entendu sonner comme cela. Elle-même titulaire des grandes orgues Cavaillé-Coll de la basilique Santa Maria del Coro de San Sebastian en Espagne, notre organiste nous a fait une démonstration de l’art de la registration et de l’interprétation. J’ai vraiment eu l’impression d’entendre l’âme de notre interprète, des compositeurs mais aussi des grandes orgues de Bayeux.

Un très grand merci aux Amis de la cathédrale de Bayeux et à François Neveux de nous avoir offert ce moment d’éternité.

Soisson, cathédrale martyre

Cette nuit, la tempête a éventré la rosace de la façade de la cathédrale de Soisson. Cette pauvre église, chef-d’œuvre du premier gothique, avait déjà souffert d’une mauvaise restauration au XIXe siècle, puis avait été en partie détruite pendant la première guerre mondiale.

Mais la structure de la rosace avait, jusque là, échappé au massacre…