Vax populi

Ça y est, comme Jupiter veut imposer une campagne de vaccination, en oubliant semble-t-il toute pédagogie, les anti-vaccination se déchaînent sur les réseaux sociaux.

Faut-il rappeler que la phobie anti vaccin est bien trop souvent basée sur des spéculations pseudo-scientifiques ? Qu’elle a été nourrie pendant des années par quelques beaux charlatans liés pour la plupart à l’extrême droite et à la manif pour tous ? Mais ce n’est pas un argument, même les crevures peuvent parfois avoir raison. Passons aux choses sérieuses :

Il y a de vraies raisons aux campagnes vaccinales massives. Avant tout, elles sont faites pour éradiquer des pathologies, qui autrement prolifèrent dans la population non vaccinée. Oui, accepter d’être vacciné, vacciner ses enfants,ce n’est pas que pour soi, c’est aussi pour participer à un acte de santé collectif et solidaire.

Oui certains vaccins peuvent provoquer dans de rares cas des réactions dures, voire très exceptionnellement ont provoqué des décès. Mais le risque encouru avec la vaccination est toujours beaucoup plus faible que les risques de la maladie ciblée. En se focalisant sur le risque du vaccin, on oublie le risque beaucoup plus grave de la maladie. Ne pas se vacciner, ce serait comme refuser de prendre l’avion parce que c’est dangereux, sans réaliser que c’est le moyen de transport le plus sûr, bien moins dangereux même qu’être piéton…

Après, que les labos se gavent, c’est possible et insupportable si c’est vrai. Mais il faut arrêter de boire du lait et de manger des yaourts dans ce cas, vu comment l’industrie agro-alimentaire fait fortune sur la misère des petits producteurs. Les arguments à double vitesse, ça va un temps. Combattre les bénéfices des labos qui seraient faits sur l’argent publique si ça s’avérait nécessaire, oui, combattre les bénéfices de la vaccination, sans moi.

Ah oui : ce n’est pas une invitation à discuter du pour et du contre. Si vous avez des arguments scientifiques nouveaux à apporter contre la vaccination, allez directement les présenter à l’Académie nationale de Médecine qui saura quoi en faire. Je suis un rationaliste, et je n’accepterai pas qu’on fasse campagne sur mon mur Facebook (à l’aide d’outils numériques forgés par une science que vous oseriez dénoncer en parallèle, rions un peu) dans le but de ramener notre médecine à la préhistoire et à ses 35 ans d’espérance de vie maximum.

Publié le Catégories
Commenter Partager Google+ LinkedIn