Un rapport contre le droit d’auteur

Régime d’exceptions

Un petit courrier à la seule eurodéputée du Parti Pirate, à qui, sans se soucier de la provocation, le parlement européen a demandé un rapport sur le droit d’auteur. Comme attendu, ce rapport est une attaque en règle contre les ayant droits, auteurs inclus. Maintenant, face à la volée de bois vert, elle propose aux auteurs de lui écrire en direct. J’en profite.

Madame Reda,

Vous promotionnez beaucoup les exceptions au droit d’auteur. Difficile a priori d’être contre : qui ne voudrait pas aider les handicapés à accéder à la culture ou les plus pauvres à s’éduquer ?

Mais pourquoi ces exceptions doivent-elle être financées par les créateurs eux-mêmes ? Oserait-on imposer aux bouchers d’offrir leur viande aux familles dans le besoin ? Aux plombiers de faire gratuitement des chantiers pour adapter les salles de bain aux usages des handicapés ? Alors, pourquoi considérez-vous comme légitime de confisquer une part des revenus de leur travail aux créateurs pour ces mêmes raisons ? Si la société veut offrir l’accès nos œuvres à certains de ses citoyens, idée à laquelle on ne peut que souscrire, elle doit le financer elle-même. La solidarité collective doit reposer sur tous, et pas seulement sur quelques-uns.

C’est d’autant plus injuste que la plupart des créateurs tirent déjà de bien faibles revenus de leur travail et vivent dans des situations très précaires, sans contrat de travail, sans assurance sur leur avenir… Si vous pensez que la création et la culture font grandir les peuples, il faudrait soutenir les créateurs plutôt que de leur ôter le pain de la bouche.

J’attends votre réponse avec intérêt.

Cordialement.

PS : je n’ai jamais eu de réponse…