Portrait dans Libération

Heroïque fantaisie ?

Qui aurait pu croire, lorsque j’ai commencé à faire de la bande dessinée de science-fiction, plutôt grand public, qu’on me consacrerait un jour le fameux portrait de dernière page de Libération ? Et pourtant, en ce 8 janvier 2014…

Merci à Quentin Girard et à Manuel Braun pour ce portrait très différent. Plus sombre, plus dur, trop dur même pour certains. Mais pourtant… si j’essaye toujours d’être avenant et sympathique, j’ai, croyez-moi, un sacré côté obscur : on n’écrit pas Universal War en étant tous les jours un joyeux bisounours.

Publié le Catégories
Partager Google+ LinkedIn